Tag Archive: Armes à feu


Plus de 75 personnes déplorent que le nouveau projet de loi du gouvernement libéral n’interdise pas les armes d’assaut comme celle qu’a utilisée le tireur de la mosquée, Alexandre Bissonnette.

The Canadian Press/Jacques Boissinot – 07/05/2018 (HUFFPOST.COM)

des victimes de la mosquée de Québec écrivent à TrudeauDes gens tiennent des photographies des victimes de la tuerie de la mosquée de Québec à l’occasion du premier anniversaire de la tragédie, le 29 janvier 2018.

Des blessés de l’attentat de la mosquée de Québec, ainsi que les familles des victimes, demandent à Justin Trudeau d’interdire les armes d’assaut.

Dans une lettre envoyée au premier ministre Trudeau, plus de 75 personnes déplorent que le nouveau projet de loi du gouvernement libéral n’interdise pas les armes d’assaut comme celle qu’a utilisée le tireur de la mosquée, Alexandre Bissonnette.

« Mais dans quelle société vivons-nous pour tolérer qu’un citoyen ordinaire puisse se donner un pouvoir aussi destructeur et profiter de la faiblesse de nos lois sur la possession d’armes à feu? », écrivent-ils.

Bissonnette, âgé de 28 ans, a plaidé coupable en mars à six accusations de meurtre au premier degré et six accusations de tentative de meurtre.

En janvier 2017, Alexandre Bissonnette est arrivé sur les lieux de la mosquée avec une arme longue semi-automatique « Small Arms VZ58 Sporter », qui est légale et non restreinte, ainsi qu’avec deux chargeurs de 30 balles qui, eux, sont illégaux. Lorsque l’arme longue s’est enrayée en tirant sa première balle, le tireur a eu recours à un pistolet et à cinq cartouches de dix balles.

Dans leur lettre, les blessés et les familles des victimes se demandent ce qui aurait pu arriver si l’arme du jeune homme ne s’était pas enrayée.

« Armé uniquement d’un pistolet et de cinq chargeurs, le tueur a pu tirer jusqu’à 10 coups en rafale, d’une telle force que les projectiles ont traversé les murs et d’une telle dangerosité qu’il a ainsi fait 6 morts, 5 blessés graves, et 39 personnes, dont 4 enfants, traumatisées à vie en moins de deux minutes », soulignent-ils dans leur missive.

Les signataires jugent qu’il est « regrettable » que le gouvernement « ignore complètement » les armes d’assaut dans son projet de loi, et ce, « malgré les pertes en vies humaines à la mosquée, l’assassinat de trois agents de la GRC à Moncton, la tuerie

à Dawson et celle au soir des élections québécoises , toutes impliquant des armes et accessoires d’assaut légalement acquis ».

Un projet de loi critiqué

Le projet de loi présenté en mars est jugé trop timide par les partisans du contrôle des armes à feu, alors que certains propriétaires estiment qu’il s’agit d’une tentative masquée pour ressusciter le registre des armes à feu.

Si elle est adoptée, la loi élargirait l’étendue des vérifications d’antécédents pour toute personne qui voudrait acheter une arme à feu. En outre, l’ensemble des antécédents d’un potentiel acheteur seraient révisés, plutôt que ceux des cinq dernières années seulement.

Selon le gouvernement, ces nouvelles mesures permettront d’éloigner les armes à feu des mauvaises mains.

Le projet de loi édicte que les vendeurs d’armes devraient garder les registres de leur inventaire et de leurs ventes pendant au moins 20 ans afin d’aider la police dans ses enquêtes.

La lettre envoyée au premier ministre laisse entendre que le gouvernement a plié devant le lobby des armes à feu.

« Monsieur le premier ministre, pourquoi agir ainsi? Découragés de voir les choses s’envenimer, nous sommes tentés de dire, est-ce parce qu’une minorité d’amateurs d’armes qui se considèrent « victimes » d’une législation « draconienne » font peur à vos députés en vue des prochaines élections? », demandent-ils.

« Corrigez nos sérieux sentiments quant à la question électoraliste qui freine les gouvernements successifs à prendre au sérieux le dossier des armes à feu. Il est pourtant question de « vie et de mort ». »

Une priorité «urgente»

Les signataires disent avoir fait part de leurs inquiétudes au secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique, Mark Holland, sur l’implantation de groupes d’extrême-droite qui pourraient vouloir s’en prendre aux musulmans.

Holland a tenté de les rassurer en leur parlant des programmes gouvernementaux pour contrer la radicalisation, selon la lettre.

« Nous avons dû respectueusement l’interrompre pour insister sur le fait que, malgré notre appui évident et enthousiaste à la lutte contre la radicalisation, la priorité la plus urgente devrait être de limiter le pouvoir destructeur que détiennent les milices actuelles ainsi que tout autre citoyen ordinaire », indiquent-ils.

Scott Bardsley, le porte-parole de Ralph Goodale, a récemment dit que le ministre avait hâte d’entendre l’opinion des différents groupes sur son projet de loi.

Le ministre « est ouvert aux propositions constructives pour renforcer la loi », a-t-on dit.

Ralph Goodale doit comparaître devant le comité de la sécurité publique de la Chambre des communes, mardi.

PolysesouvientCOMMUNIQUÉ DE PRESSE

Montréal, 20 mars 2018 – Les témoins, survivants et familles des victimes des tueries à l’École Polytechnique, au Collège Dawson et à la Mosquée de Québec appuient prudemment le dépôt du projet de loi C-71, la réforme de la Loi sur les armes à feu promise lors de la dernière campagne électorale par le Parti libéral. Un examen préliminaire du projet de loi révèle un ensemble de mesures inutilement faibles.

armes d'assaut« Bien que le gouvernement semble respecter la lettre de ses engagements électoraux, il n’en a pas respecté l’esprit. Les mesures contenues dans le projet de loi ne consistent qu’en un strict minimum afin de remplir ‘techniquement’ ses promesses. Il nous semble très clair que l’objectif premier n’est pas de maximiser la sécurité publique, mais de minimiser le mécontentement du lobby des armes à feu tout en donnant l’impression de passer à l’action », explique Heidi Rathjen, diplômée de Polytechnique et porte-parole de PolySeSouvient. Au cours des derniers jours, des reportages 2 médiatiques ont relaté comment la législation sur les armes à feu « donnait une sacrée trouille au caucus libéral » (“scaring the hell out of the Liberal caucus”) en raison de leur crainte du lobby des armes à feu.

Meaghan Hennegan, qui a survécu à la tuerie de masse au Collège Dawson, ajoute: «Nous sommes particulièrement déçus de l’échec du gouvernement Trudeau à aborder la disponibilité légale des armes d’assaut. L’arme qui a été utilisée pour tirer sur moi et nombreux de mes camarades de classe est plus facilement accessible qu’alors. C’est totalement ridicule! Les Libéraux ont été élus majoritaires sur la base d’une plateforme pro-contrôle et la grande majorité des Canadiens est en faveur d’une interdiction des armes d’assaut, y compris la majorité des propriétaires d’armes à feu! Les seuls qui s’opposent au retrait de ces machines à tuer sont une bruyante minorité d’amateurs d’armes. Sur l’enjeu des armes d’assaut, il semble bien clair que le gouvernement Trudeau se soit rangé du côté du lobby des armes à feu et non de l’intérêt public.»

Un récent sondage d’Environics Research[i] commandé par PolySeSouvient a révélé que 81% des Canadiens sont d’accord que «la propriété privée d’armes d’assaut semi-automatiques à des fins récréatives ne devrait pas être légale au Canada», avec un soutien identique dans les régions urbaines et rurales ainsi que 63% parmi les propriétaires d’armes à feu. Un autre sondage, publié par Policy Options, constatait que 85% des Canadiens soutiennent «l’interdiction de la possession privée d’armes d’assaut militaires et de fusils de tireur d’élite par des civils».

Boufeldja Benabdallah, vice-président du Centre culturel islamique de Québec : « Nous avons vu les dégâts que les armes à feu peuvent causer lorsqu’ils tombent entre de mauvaises mains. Six veuves et 17 enfants pleurent toujours le massacre de leur mari et de leur père. Comment le gouvernement peut-il répliquer avec un projet de loi aussi timide? »

Registres de ventes et inventaires

Le groupe est également choqué par l’approche timide avec laquelle le ministre Goodale a choisi de se pencher sur les registres de ventes, afin de concrétiser la promesse des Libéraux d’obliger les vendeurs à tenir « un inventaire de leurs armes à feu et un registre de leurs ventes afin d’aider la police dans ses enquêtes sur le trafic et autres crimes impliquant des armes. » Plusieurs autorités provinciales et policières avaient témoigné par le passé quant à l’importance de ces registres et inventaires.

« La mesure proposée est plus faible que les exigences qui existaient depuis les années ‘70 et qui n’étaient considérées problématiques par personne. Il n’y avait pas d’obligation pour les policiers d’obtenir une autorisation judiciaire. Même les États-Unis exigent des vendeurs commerciaux qu’ils enregistrent leurs ventes et ces données étant plus facilement accessibles aux autorités. Une mesure véritablement efficace aurait aussi pris en compte tous les transferts d’armes d’individu à individu, non seulement les ventes commerciales, et aurait rendu ces informations accessibles à la police sans obstacles procéduraux, » a expliqué Mme Rathjen.

« Dans quel but veut-on soustraire les données sur les ventes contre la vue du gouvernement? Comment la police est-elle alors censée détecter la constitution d’arsenaux? Comment saura-t-elle dans quel commerce enquêter pour retracer une arme trouvée sur les lieux d’un crime?

« Si l’on se fie à ces dispositions édulcorées, il est difficile de croire que le gouvernement veut vraiment aider la police dans ses enquêtes criminelles et ses efforts pour contrer les ventes illégales. La législation proposée vise clairement à protéger les intérêts de quelqu’un, mais certainement pas ceux du public. »

 En novembre dernier, une importante délégation de survivants et de membres de la famille de victimes de violence armée s’était déplacée jusqu’à la Colline parlementaire pour demander aux députés et au ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale d’instaurer un ensemble exhaustif de mesures de contrôle des armes à feu, généralement conforme à la plateforme électorale des Libéraux, en plus de l’interdiction des armes d’assaut. Depuis lors, la dernière tuerie dans une école, à Parkland en Floride, a fait émerger un mouvement populaire aux États-Unis qui réclame lui aussi à l’interdiction des armes d’assaut.

Nathalie Provost, qui a survécu au massacre de Polytechnique malgré quatre blessures par balle, conclut: « Malgré notre déception, nous ne voulons pas que ce projet de loi échoue. Bien qu’il soit extrêmement faible, il demeure un pas dans la bonne direction. Nous espérons qu’au cours des jours et semaines à venir, nous pourrons travailler avec le ministre et les membres du Comité permanent de la sécurité publique pour améliorer considérablement le projet de loi C-71, au point où nous pourrons, sincèrement et avec soulagement, féliciter le gouvernement d’avoir enfin fait le nécessaire. »

* Une analyse préliminaire des mesures sera disponible ici au courant de la journée: http://polysesouvient.ca/Documents/DOCU_18_03_20_PreliminaryAnalysisBill.pdf

[i] Environics Research, pour PolySeSouvient, mené en ligne du 6 au 8 mars 2018 parmi 1510 Canadiens de 18 ans et plus.

Résultats :  http://polysesouvient.ca/Documents/STATS_18_03_08_Environics_Poll_Results.pdf ; méthodologie :  http://polysesouvient.ca/Documents/1_ERG_Online_Methodology_n1510_March%208_2018.pdf

PolysesouvientAppel à l’action pour les citoyens du Québec
MERCI DE RÉCLAMER DES DÉPUTÉS DU QUÉBEC QU’ILS DÉFENDENT NOTRE DROIT À LA SÉCURITÉ

Après deux ans et demi de pressions et d’attente, nous pouvons enfin nous réjouir face au dépôt imminent d’un projet de loi fédéral sur les armes à feu, sans doute la semaine prochaine!

En annonçant la nouvelle, le gouvernement a dit qu’il révisera la loi d’une manière « cohérente » avec ses promesses électorales. Or, bien que la plateforme électorale contienne des mesures positives, ces dernières sont rédigées de manière très générale : leur force ou faiblesse ultime sera déterminée par les libellés spécifiques dans le texte de loi. Nous avons de bonnes raisons pour nous inquiéter …

En effet, les membres du Caucus rural des Libéraux, qui subissent d’énormes pressions des groupes pro-armes, s’opposent activement au resserrement de la loi par peur du lobby des armes, selon certains reportages médiatiques. Il importe donc pour les citoyens du Québec se mobiliser pour qu’au moins nos députés défendent la sécurité des citoyens québécois.

MERCI d’envoyer un message aux membres québécois du Caucus rural des Libéraux, en plus de votre député, afin qu’ils défendent NOS intérêts et PAS ceux des groupes pro-armes. 
Cela ne vous prendra que 2 à 3 minutes en utilisant ce module Internet:

http://polysesouvient.ca/appui-controle-des-armes/deputes-quebec-mars-2018/

Le dépôt du projet de loi est maintenant sur l’agenda législatif, le lobby des armes entamera sous peu sa campagne d’opposition et, nous, citoyens majoritaires qui appuient un meilleur contrôle, devons aussi nous faire entendre.

Merci pour votre appui! Heidi, Nathalie, Jeff, Kathlene, Meaghan, Louise

PolySeSouvient est un groupe de citoyens bénévoles, dont de nombreux témoins, survivants et familles des victimes du massacre du 6 décembre 1989, qui œuvrent pour un meilleur contrôle des armes et dont les objectifs sont endossés par l’Association des Étudiants de Polytechnique, l’Association des étudiants aux cycles supérieurs de Polytechnique, le CA de l’Association des diplômés de Polytechnique, l’Ordre des ingénieurs du Québec, le Réseau des ingénieurs du Québec, l’École Polytechnique, l’École de technologie supérieure et plusieurs associations étudiantes de génie.

A/S:   info@polysesouvient.ca ; téléphone : 514-816-7818 @polysesouvient; www.polysesouvient.ca 

floride-tuerie-capitole-tallahassee

Par Serge St-Arneault, M.Afr

Dix-sept élèves ont été assassinés dans une école secondaire en Floride par un jeune homme qui s’est procuré légalement une arme à feu de type militaire. Cette fois-ci, un mouvement galvanisé par la jeunesse américaine semble ébranler les partisans du puissant lobby américain des armes, la National Rifle Association (NRA), dont le patron, Wayne LaPierre, a dénoncé ce qu’il appelle la « politisation honteuse de la tragédie » par les militants anti-armes.

wayne-lapierre-national-rifle-association-nra-lobby-armes« Leur but, dit-il, est d’éliminer le second amendement et notre liberté de porter des armes pour qu’ils puissent éradiquer toutes les libertés individuelles », en référence au droit constitutionnel à porter des armes.

Cela est pure fabulation. Les libertés individuelles font partie du fondement de la société américaine et, en passant, de la nôtre aussi. Il serait bon de rappeler l’origine de ce fondement qui a pris naissance avec l’émancipation des États-Unis d’Amérique du joug colonial anglais il y a un peu plus de 200 ans. Même après tant d’années, nos sociétés ne permettront jamais de compromis aux libertés individuelles. La déclaration de Wayne LaPierre met simplement en évidence la logique de la NRA qui pousse le droit de posséder une arme à feu comme si cela était un « droit divin ».

D’ailleurs, une citation est incrustée dans la maçonnerie du bâtiment de la NRA à Washington et elle fait directement référence au fameux deuxième amendement de la Constitution américaine. On peut y lire que « …, le droit constitutionnel américain de posséder et de porter une arme à feu, ne peut être violé. » Cependant, les trois petits points de suspension au début de la citation suggèrent que des mots ont été intentionnellement omis.

La phrase complète dit ceci : « une milice régulière est nécessaire pour la sécurité de l’État. Ainsi, le droit constitutionnel américain de posséder et de porter une arme à feu ne peut être violé. » La condition indispensable pour exercer ce droit est donc conditionnelle au besoin de former une milice là où les conditions l’exigent. Cela avait certainement un sens à l’époque où ce texte a été écrit. Par contre, une milice est-elle nécessaire dans un pays qui détient aujourd’hui le titre de la plus grande puissance militaire au monde?

Que cela leur plaise ou non, les partisans du droit américain de posséder et de porter une arme à feu ont figé dans le béton un droit constitutionnel rédigé en 1781 et complété six ans plus tard avec l’ajout de la Déclaration des Droits (Bill of Rights). En effet, la vente et la libre possession d’armes à feu prôné par la NRA sont basées sur une interprétation tendancieuse et partielle du deuxième amendement. Ils l’ont transformée en une idéologie antidémocratique qui, paradoxalement, va à l’encontre des idéaux fondateurs des fondateurs des États-Unis d’Amérique.

La constitution canadienne n’a jamais accordé un droit de posséder ou de porter une arme à feu. Il s’agit d’un privilège accordé, par exemple, aux amateurs de chasse sportive. Il est donc faux de prétendre, comme l’affirme la NRA, que toute tentative d’instaurer un contrôle des armes à feu est une conspiration pour interdire toutes les armes ou, pire encore, d’éradiquer toutes les libertés individuelles. Il est plus juste de dire que la NRA exerce démesurément son influence sur les politiciens, américains tout autant que canadiens, afin d’imposer leur idéologie.

Il faut dire les choses clairement. Le contrôle des armes à feu n’est pas simplement une question de sécurité publique, mais un défi de société attachée à des valeurs partagées et transmises. Bien que pertinent, l’encadrement technique des armes à feu ne peut pas suffire à créer un sentiment de sécurité. Les gens qui possèdent des armes à feu sont ou doivent faire partie de la solution. En plus des fonds financiers alloués pour la mise en place d’un registre des armes, il faut aussi miser sur l’éducation, sur les valeurs de tolérance dans notre agir collectif et sur le soutien moral et psychologique offert aux victimes d’acte criminel causé par des armes à feu.

Lettre de Zambie no 10, 15 décembre 2012

Poly se souvientCette année, je trouve particulièrement difficile le 23e anniversaire de la tragédie de la Polytechnique du 6 décembre 1989. J’ai le sentiment d’être encore traumatisé par cette tragédie. Il y a quelques jours, Sylvie Haviernick m’a fait parvenir le lien de Polysesouvient dont j’ignorais l’existence. Sylvie et moi étions membres de la Coalition pour le contrôle des armes pendant quelques années. Malgré l’abolition de la Coalition pour le contrôle des armes à feulégislation fédérale sur l’enregistrement des armes d’épaule, la voix citoyenne n’a pas pour autant cessé de s’exprimer, aux dires de Sylvie. Heidi Rathjen, de Polysesouvient, ajoute que plusieurs affaiblissements majeurs (supplémentaires) au contrôle des armes ont été bloqués, du moins pour l’instant, suite à une « tempête parfaite » d’actions et d’incidents qui a mené à une importante victoire pour la sécurité publique.

D’un autre côté, la soirée de poésie au Centre culturel de La Tuque a été une soirée magnifique selon Christiane Giguère. À lire : Une soirée poésie en mémoire d’Annie St-Arneault publié le 7 décembre 2012 dans le journal Le Nouvelliste de Trois-Rivières.

Avec l’autorisation de ma petite maman, je vous partage son témoignage qui nous enseigne la grande philosophie de l’abandon dans l’action.

Trois-Rivières, décembre 2012

Chers amis,

Je viens partager cette soirée avec vous et profiter de cette activité spéciale qui se vit à La Tuque à l’occasion du 23e anniversaire du drame de la Polytechnique pour vous livrer avec tout mon cœur ma réflexion.

À toi Annie, ma grande fille, mon amour, mon amie, tu aimais la vie, ta famille, ton amoureux, les enfants, tu étais rieuse, simple et spontanée. C’est pourquoi ton souvenir est si important pour moi d’où l’importance de me rappeler tous ces bons moments, ces instants précieux qui ont tissé nos liens, qui ont fait la personne que je suis devenue aujourd’hui. Ta personnalité porteuse de riches valeurs continue de vivre dans mon quotidien.

Aucun de nous ne peut choisir les épreuves que le destin déposera sur notre route, c’est à nous de les accepter ou de les refuser. En pensant à toi, j’ai aussi le droit d’avoir des moments de tristesse, mais c’est aussi important d’apprendre à vivre sans se désoler d’un passé qui n’est plus. Je peux maintenant profiter du bonheur présent que m’apporte ma famille, mes petits-enfants, mes amis en acceptant les joies et les douceurs de la vie, de petits miracles qui s’alignent et donnent raison de croire que des hommes et des femmes de cœur ouvrent des chemins de justice et de paix.

Un petit texte trouvé sur internet m’a fait du bien. C’est comme si c’était toi Annie qui m’envoyait un message : en mourant, le bonheur n’est pas parti avec moi… il continue.

Une réflexion qui a rempli mon cœur de lumière et d’espoir, merci Annie dont la mémoire sera toujours celle de l’amour qui continue dans mon cœur de maman, je t’aime.

Puisse l’année 2013 nous apporter à tous amour, paix et sérénité. Je vous souhaite une bonne soirée, je suis avec vous par la pensée et par le cœur, je vous aime aussi.      Laurette Perron St-Arneault, Maman d’Annie.

Quant à moi, manquant littéralement d’inspiration jusqu’au moment où Justin Trudeau a osé se prononcer maladroitement sur le registre des armes à feu, j’ai griffonné ces quelques mots :

Bonsoir à chacune et chacun d’entre vous.

Cette année encore, je me joins à votre soirée de poésie en souvenir des victimes de la tragédie de la Polytechnique du 6 décembre 1989. L’année dernière, je vous avais invité à espérer sans cesse en dépit de toute réalité contraire. Une année vient de s’écouler et le défi demeure inchangé. En effet, le gouvernement canadien s’était engagé à détruire le registre des armes à feu. Il y est pratiquement parvenu. Cette année, le candidat à la chefferie du parti Libéral canadien, Justin Trudeau, par simple calcul politique, se défend bien de vouloir ressusciter le registre des armes à feu.

Allez demander aux victimes innocentes ce qu’elles en pensent. Cela est non seulement un affront, mais aussi une trahison de nos politiciens.

Ce soir, élevons le son de notre voix à l’exemple des étendards portés en tête de peloton.

           Nos poèmes sont nos armes.

           Elles ont la puissance de nos désirs.

           Elles portent la signature de notre foi.

Oui! Sachons sans cesse espérer et croire en dépit de toute réalité contraire.

Bonne soirée,

Père Serge St-Arneault, Missionnaire d’Afrique

Lusaka, Zambie

Question de Gabriel Deliste du journal Le Nouvelliste, Trois-Rivières :
Au sujet de la décision de la Cour supérieure du Québec qui donne raison au Québec qui demande la conservation du registre des armes à feu malgré qu’Ottawa ait manifesté son intention de le détruire, crois-tu que la raison l’emporte sur des considérations idéologiques?
Réponse :
Bonjour Gabriel,
Oui, je suis content. Seulement, comment puis-je répondre à ta question? Ce n’est pas facile. Je me rappelle simplement que Harper a récemment invité Brian Mulroney pour lui demander conseil à la veille des élections provinciales qui laissaient déjà présagé un nouveau gouvernement péquiste. Stephen Harper n’est pas sans réaliser qu’il a perdu la confiance des Québécois. Il forme un gouvernement majoritaire sans l’appui du Québec. La destruction des données du registre des armes à feu est perçue par une majorité de Québécois comme un affront, un manque de considération et de respect. Pourquoi s’acharner à détruire des registres qui ont été financés par tous les Canadiens alors que ces mêmes données peuvent être utilisées par les provinces canadiennes qui désirent les conserver? Cette destruction est un abus de pouvoir. Le projet de commission canadienne des valeurs mobilières en est un autre exemple.
Est-ce que la raison l’emporte sur les considérations idéologiques? Du côté du juge Blanchard, la raison semble en effet l’emporter. Par contre, cela n’est pas le cas du côté du gouvernement fédéral qui s’attriste de la décision de la Cour. Contrairement à leur affirmation, je ne crois pas que les Conservateurs ont été élus à cause de cette promesse électorale, du moins au Québec. Leur faible nombre de député en est la preuve.
Notre Premier Ministre Canadien fait face à un choix. Il peut décider de s’acharner avec sa vision idéologique. J’ose espérer qu’il fera preuve de sagesse en reconnaissant qu’un tel acharnement politique est contraire au bien commun. L’exercice du pouvoir est avant tout, ou devrait être, l’expression d’un leadership de service. Le défi est d’équilibrer en justice ce leadership en tenant compte de la diversité des provinces canadiennes.

Publié le 23 juillet 2012 à 09h36

Tuerie dans un cinéma au Colorado

vigile-memoire-victimes-tuerie-cinema

Une vigile en la mémoire des victimes de la tuerie du cinéma Century 16 à eu lieu vendredi soir à Aurora, au Colorado. Le Nouvelliste – Actualités – La culture de l’arme à feu dénoncée. Photo: La Presse

Gabriel Delisle
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les nouvelles vont vite en 2012. Particulièrement de tragédies qui se propagent à la vitesse de l’éclair sur Internet et les réseaux sociaux. Serge St-Arneault, le frère d’Annie St-Arneault, une des victimes de la tragédie de la Polytechnique, a été très touché par cet autre drame lorsqu’il a appris de l’Afrique qu’un autre tireur fou avait sévi. Aujourd’hui prêtre missionnaire d’Afrique, il dénonce de la Zambie, d’où il œuvre depuis plusieurs années, la culture et le culte de l’arme à feu encore et toujours très présent aux États-Unis.

Serge St-Arneault avait déjà exprimé des réflexions au sujet du droit constitutionnel américain de posséder une arme à feu dans son livre Rivière de diamants.

Après ce qui vient de se passer au Colorado, il dénonce encore une fois le droit fondamental de porter une arme qui est, selon lui, basé sur des considérations historiques qui ne tiennent plus en 2012, plus de 200 ans après la ratification de la constitution américaine.

«Je conteste l’interprétation courante que ce droit soit inscrit comme un droit absolu, injustement interprété par la Nationale Rifle Association (NRA) américaine. Ce droit n’était valable qu’au moment de la création de milices pour assurer la sécurité d’État au moment de la guerre d’indépendance américaine», exprime-t-il deux jours après la fusillade d’Aurora.

«Or, cette urgence historique n’est plus une réalité puisque les États-Unis possèdent la plus forte armée au monde. Il s’agit d’une déformation abusive de l’histoire pour le compte d’un groupe, la NRA, qui impose son idéologie de terreur. La logique est simple: plus il y a d’armes à feu légalement accessible sur le marché, plus il y a de victimes innocentes», estime le prêtre missionnaire qui précise que «toutes les armes à feu utilisées par le «fou» au cinéma du Colorado étaient des armes achetées légalement».

Serge St-Arneault a longtemps réfléchi sur les évènements de 1989 qui ont coûté la vie à sa sœur Annie ainsi qu’à ses treize compagnes de l’école Polytechnique.

Il a cherché longtemps à comprendre les motivations profondes du geste de Marc Lépine. Le prêtre estime que le tueur d’Aurora vivait lui aussi dans un délire.

«Le fou du cinéma du Colorado vivait dans un délire associé au pouvoir héroïque de Batman. Il a cherché à détruire une image qui l’effrayait, celle de sa propre haine contre ceux et celles qui ne le comprenaient pas. À son insu, il a défiguré le visage de l’humanité où chaque personne est une histoire sacrée.»