Archive for novembre, 2019


Elsa Iskander, Mercredi, 6 novembre 2019

Le parti d’opposition Ensemble Montréal propose de mettre en place un programme de rachat volontaire d’armes à feu par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Conférence de presse. PDF.

«De façon tout à fait anonyme, nous inviterions les citoyens à remettre les armes qu’ils ont en leur possession au SPVM en échange d’un montant d’argent», a proposé le chef du parti, Lionel Perez.

«La police ne pose aucune question, ne fait aucun contrôle d’identité, remet l’argent sur-le-champ et détruit lesdites armes», a-t-il décrit, mercredi, un mois avant le 30e anniversaire de la tuerie de Polytechnique, survenue le 6 décembre 1989.

Au printemps dernier, la police de Toronto a mis en place un tel programme qui a permis le rachat de 3100 armes à feu via un programme de rachat financé à hauteur de 750 000 $.

Selon l’administration Plante, il est toutefois préférable d’attendre l’instauration d’un programme de rachat à l’échelle nationale, puisque la responsabilité ne devrait pas incomber à la Ville de Montréal à elle seule. Le SPVM n’a pas voulu commenter la sortie d’Ensemble Montréal.

Les deux types d’armes

Les deux partis pressent le gouvernement fédéral d’interdire les armes d’assaut et les armes de poing.

En campagne électorale, le premier ministre Justin Trudeau avait promis de bannir les armes d’assaut, mais a mentionné qu’il laisserait les municipalités la tâche de restreindre l’utilisation des armes à poing. C’est un non-sens aux yeux des élus municipaux montréalais.

«Il nous faut une interdiction de la possession privée des armes de poing et des armes d’assaut à l’échelle canadienne. Une mosaïque de règlements municipaux serait tout à fait inefficace», a résumé Alex Norris, président de la Commission de la sécurité publique et élu de Projet Montréal.

Polytechnique

C’est aussi l’avis de Heidi Rathjen, témoin de la tuerie et coordonnatrice de PolySeSouvient, qui accompagnait Lionel Perez lors de sa sortie mercredi.

Demander aux municipalités d’interdire les armes de poing serait «inefficace, mais aussi irréaliste compte tenu des luttes politiques longues et acrimonieuses contre le lobby des armes auxquelles ferait face tout maire», estime-t-elle.

Serge St-Arneault, le frère d’Annie St-Arneault, l’une des victimes de la tuerie de Polytechnique, abonde dans le même sens. «Les armes à feu, c’est fait pour tuer. Qu’on laisse des armes militaires aux mains des militaires ou des gens responsables de la protection civile», a-t-il plaidé, ajoutant que la même logique vaut pour les armes de poing.

Pour celui qui vient de La Tuque, une «région de chasseurs», il est normal que les carabines ne soient pas concernées par ces discussions. «Les chasseurs sont des gens responsables. On ne va pas à la chasse au caribou ou à l’orignal avec des armes militaires.»

Il faut mieux surveiller la frontière, selon Maria Mourani

Pour réduire le nombre d’armes en circulation dans les milieux criminels, il faut s’attaquer plus vigoureusement à l’entrée illégale de ces produits de contrebande via la frontière américaine, fait valoir la criminologue Maria Mourani.

Celle-ci croit qu’il faut lutter contre l’entrée des armes des États-Unis en y consacrant du financement et en haussant la surveillance. «Malheureusement, pour l’instant, c’est des vraies passoires nos frontières, a-t-elle déploré. Juste au Québec, on a plus d’une centaine de routes non surveillées.»

Dans les milieux criminels, la majorité des armes sont acquises illégalement, a expliqué Mme Mourani, ajoutant que «80 % des armes illégales viennent des États-Unis et vont dans le marché noir».

Plus d’armes

Cela dit, «il y a une proportion croissante de crimes violents qui sont commis à l’aide d’armes légalement acquises, a indiqué Alex Norris, président de la Commission de la sécurité publique. Nous avons besoin de mesures plus costaudes à l’échelle nationale.»

Le nombre d’armes de poing en circulation est passé de 465 000 en 2012 à 935 000 actuellement, selon Statistique Canada, et elles ont été utilisées dans près d’un quart des homicides au pays.

Ces données peuvent signifier que plus d’armes sont détectées, a nuancé Mme Mourani. «Le nombre d’armes en circulation dans le marché noir au Canada est beaucoup plus élevé.»

Le bannissement par Ottawa des armes de poing et d’assaut, excepté pour les policiers et les militaires, s’impose, selon Mme Mourani. Un programme de rachat d’armes par les policiers doit s’accompagner de mesures rendant la possession de ces armes illégales, selon elle.

«Au Québec, on a toujours été les champions dans le contrôle des armes; Polytechnique, ç’a choqué», a-t-elle noté.

Simplement cliquer sur l’image suivante pour télécharger la vidéo.