Leçons de la pandémie de la Covid-19

Par Serge St-Arneault, M.Afr

Collectivement, mais aussi au niveau de chaque individu que nous sommes, l’expérience de la pandémie de la Covid-19 nous force à redéfinir nos valeurs et nos priorités. Notre vulnérabilité a été, et demeure, étroitement liée à notre capacité de résistance. Certes, nous avons fait preuve de résilience, mais nous constatons aussi, par exemple, la fragilité de notre système de santé.

Une prise de conscience collective surgit de cette épreuve, celle de notre étroite et mutuelle humanité. Un minuscule virus venant du bout du monde peut aisément se propager sans frontières à la vitesse de l’éclair. Si ce problème est mondial, la solution doit, elle aussi, être planétaire.

Un rappel de la vaccination contre la Covid-19 deviendra, semble-t-il, annuel. Le danger de nouvelles vagues meurtrières persistera tant et aussi longtemps que la vaste majorité des habitants de notre planète ne sera pas immunisée. En fait, nous sommes entrées dans une ère d’incertitude où les points de vue se polarisent de façon inquiétante.

À son niveau, l’Église institutionnelle est elle aussi infectée par son passé ombrageux, ses erreurs. Elle donne l’impression d’être paralysée et en soin intensif. Nous sommes devenus une minorité de croyants en attente d’un vaccin spirituel pour nous protéger. Or, ce vaccin est déjà disponible.

« Nous gardons toujours confiance, tout en sachant que (…) nous cheminons dans la foi, non dans la claire vision » (Cor, 5.6).

De fait, notre vie personnelle et collective est constamment ponctuée de profondes transformations. L’être humain a cette exceptionnelle habilité de s’adapter à pratiquement toutes les circonstances, même à un âge avancé. Notre vaccin spirituel est la confiance. Nous persistons à cheminer dans la foi même si nous ne voyons pas clairement où nous allons. Cette attitude nous conduira au-delà de la mort.

Pour le moment, nous sommes encore de ce monde. Profitons-en pour garder le cap malgré notre manque de claire vision. En fin de compte, le plus important n’est pas de savoir où nous allons, mais plutôt de nous assurer de la qualité des petits pas de bienveillance que nous traçons sur la route de la vie. Sans plus!

Mauvaises nouvelles de Géty en République Démocratique du Congo

Par Serge St-Arneault, M.Afr

Mon premier séjour à Géty, à l’époque au Zaïre, remonte à 1982. Je n’y étais resté que quelques jours. J’y suis retourné après mon ordination sacerdotale en 1987. Vingt-cinq ans se sont écoulés depuis mon départ en février 1996, mais une partie de mon cœur y est resté et y restera pour toujours.

Autour de 1992, nous avons connu d’extrêmes tentions tribales entre la tribu des Héma de Boga et celle des Indru (Walendu-Bindi) de Géty. Je me rappelle des séances de négociations de paix que les missionnaires avions facilité sous un manguier situé en zone neutre à mi-chemin entre les tribus ennemies. Bref, la guerre a de nouveau éclaté dans cette région. Il y a cependant une différence. L’ennemi vient de l’Ouganda. Voici un reportage que je viens de recevoir ce matin du journaliste Roger Adirodu.

« Plusieurs déplacés de Boga et Tchabi vivent sans assistance humanitaire. Des centaines de personnes ont fui les atrocités perpétrées par des rebelles ougandais pour se réfugier vers les villages de Bukiringi et de Géty, chef-lieu de la chefferie des Walendu-Bindi, au sud d’Irumu, dans la province de l’Ituri. L’information a été relayée par Gabriel Androzo Nyama, président de la société civile des Walendu-Bindi, le jeudi 10 juin 2021 au cours d’un entretien téléphonique accordée à notre rédaction. Les gens vivent dans des conditions difficiles.

Les déplacées sont hébergées dans des familles d’accueil, dans des écoles et à l’église catholique de Géty. Préoccupé par la résurgence de l’insécurité dans la zone, cet acteur de la Société civile plaide pour une aide urgente. »

Sur cette carte, Boga se situe à une soixantaine de kilomètres sur la gauche.

Ma consolation est de savoir que les Héma sont accueillis chez les Indru, autrefois ennemis. Cela n’enlève rien au drame qui s’y joue en ce moment. De plus, ce conflit est totalement écarté du réseau des nouvelles internationales.

Voici quelques photos prises par Roger Adirodu il y a quelques mois illustrant quelques bâtiments de Géty-Mission où j’ai vécu; l’église, notre maison, les écoles primaires et l’Institut d’enseignement secondaire Abaka. Celui-ci a été construit sur une période de cinq ans, complété tout juste avant mon départ, avec le soutien financier des élèves des écoles primaires de La Tuque.

Ayons une pensée et une prière pour toutes les personnes traumatisées par ce drame.

Les origines racistes du deuxième amendement

(New York) Le 6 juillet 2016, dernier jour de sa courte vie, Philando Castile a suivi les instructions de la National Rifle Association (NRA) à la lettre. Arrêté lors d’un contrôle routier en banlieue de St. Paul, au Minnesota, l’Afro-Américain de 32 ans a expliqué à plus d’une reprise au policier qu’il possédait une arme avec un permis en règle, histoire d’éviter tout malentendu. Or, dès que cet employé de cafétéria a fait un geste pour présenter ses papiers, l’agent Jeronimo Yanez a ouvert le feu sur lui sous les yeux de sa fiancée, Diamond Reynolds, qui a diffusé la scène en direct sur Facebook Live.

RICHARD HÉTU, COLLABORATION SPÉCIALE, Publié le 7 juin 2021

L’agonie et la mort de Philando Castile ont bouleversé les États-Unis. Mais la NRA n’a pas cru bon de dénoncer l’exécution de ce « bon gars avec une arme ». Critiqué pour son silence par certains de ses membres noirs, l’influent lobby des armes à feu a fini par déclarer que le deuxième amendement de la Constitution américaine devait être appliqué « sans distinction de race, de religion ou d’orientation sexuelle ». Mais sa déclaration ne mentionnait pas le nom de la victime, qui avait été arrêtée au prétexte que son « nez épaté » ressemblait à celui du suspect d’un cambriolage.

D’où la question : le deuxième amendement s’applique-t-il vraiment aux Afro-Américains ? En prenant comme point de départ la mort de Philando Castile, l’historienne Carol Anderson explore cette question dans un nouveau livre qui révèle les origines racistes de ce texte de 28 mots adopté le 15 décembre 1791 avec les neuf autres amendements de la « Déclaration des droits ».

Dans son ouvrage, intitulé The Second : Race and Guns in a Fatally Unequal America, la professeure d’études afro-américaines à l’Université Emory d’Atlanta fait l’économie des débats habituels entourant le deuxième amendement.

Une concession aux États sudistes

« Quelle que soit l’interprétation juridique du deuxième amendement – qu’il s’agisse du droit individuel de porter des armes, du droit à une milice bien réglementée ou même du droit à l’autodéfense –, chacune a été utilisée contre les Afro-Américains », écrit l’historienne, dont le livre précédent, White Rage, portait sur le racisme institutionnel. « Le deuxième amendement a été conçu et mis en œuvre pour abroger et nier les droits des Noirs. »

Carol Anderson range en fait le deuxième amendement parmi les concessions les plus honteuses faites aux États esclavagistes pour les convaincre de se joindre à l’Union américaine après la guerre d’indépendance. Elle cite parmi ces concessions le « compromis des trois cinquièmes » qui a permis aux États sudistes de compter chaque esclave à hauteur de trois cinquièmes d’un homme libre. Jusqu’à l’adoption du 14e amendement en 1868, ce compromis allait donner aux États esclavagistes une représentation disproportionnée à la Chambre des représentants.

L’historienne rappelle que le « droit de porter des armes » excluait de façon explicite les Noirs durant l’époque coloniale. En Géorgie, non seulement les Noirs ne pouvaient-ils pas posséder ou porter des armes, mais les Blancs étaient tenus de posséder « un bon fusil ou un bon pistolet » afin d’avoir les moyens de « fouiller et inspecter toutes les maisons de Nègres pour y trouver des armes offensives et des munitions ».

Les milices de plusieurs États sudistes se voyaient aussi conférer le « pouvoir de fouiller et inspecter » les maisons des Noirs aux mêmes fins.

Selon Carol Anderson, le contrôle des milices est devenu un des principaux litiges entre les fédéralistes et leurs adversaires lors de l’adoption de la Constitution. Les propriétaires d’esclaves, influents au sein des Parlements des États du Sud, ne voulaient pas céder ce contrôle au gouvernement fédéral. Bien au fait du rôle des milices pour mater toute potentielle rébellion des esclaves, James Madison leur a donné satisfaction en rédigeant le deuxième amendement.

La révolution haïtienne

« Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit du peuple de détenir et de porter des armes ne doit pas être transgressé. »

De nos jours, les défenseurs du deuxième amendement voient dans ce libellé la volonté des Pères fondateurs de protéger leur jeune nation contre un gouvernement tyrannique. Mais Carol Anderson rappelle que cet amendement a été adopté au moment même où les Pères fondateurs représentant les États sudistes étaient en fait terrifiés par la révolution haïtienne et la possibilité qu’elle puisse inspirer leurs esclaves.

« Je crains que si elle n’est pas maîtrisée à temps, c’est une flamme qui… pourrait finalement ‟brûler” les États du Sud », a écrit le gouverneur de Caroline du Sud Charles Pinckney à George Washington le 20 septembre 1791.

« Lamentable ! », a répondu le premier président des États-Unis en se désolant « de voir un tel esprit de révolte parmi les Noirs ».

De l’abolition de l’esclavage à aujourd’hui, Carol Anderson fournit quantité d’exemples de l’application inégale du deuxième amendement. Elle mentionne notamment la loi Mulford, promulguée par le gouverneur de Californie Ronald Reagan en 1967 et destinée à désarmer les membres des Black Panthers qui effectuaient légalement des patrouilles armées dans les rues d’Oakland pour « policer la police ».

L’historienne termine son livre en comparant le sort de Tamir Rice à celui de Kyle Rittenhouse. Le 22 novembre 2014, l’enfant noir, âgé de 12 ans, a été abattu par un policier de Cleveland alors qu’il jouait dans un parc avec un faux pistolet. Le 25 août 2020, armé d’un AR-15 acquis illégalement, l’adolescent blanc, âgé de 17 ans, a tué deux personnes et en a blessé une autre lors d’une manifestation à Kenosha, ville du Wisconsin où un policier avait atteint un Afro-Américain, Jacob Blake, de sept balles dans le dos.

Après coup, Rittenhouse est passé devant les policiers, arme en bandoulière, bras en l’air. Il est rentré à la maison sans être dérangé. Son avocat a expliqué plus tard qu’il avait agi « en tant que membre d’une ‟milice bien organisée” en vertu du deuxième amendement ». Il a aussi invoqué la « légitime défense ».

Exposition AU COEUR DU MONDE de Gabriel Landry

La Galerie DBC en collaboration avec le Conseil des artistes québécois vous invite à venir visiter l’exposition AU COEUR DU MONDE de Gabriel Landry. Une exposition à découvrir, même à visage couvert!

Durée de l’exposition : du 10 au 20 juin 2021

Journées, heures de visite et lieu : La galerie est ouverte au public les jeudis, vendredis, samedis et dimanches, de midi à 19 heures. Cette exposition de Gabriel Landry compte plus d’une vingtaine d’œuvres.

La Galerie DBC est située au 1387, rue Sainte-Catherine Est, Montréal, QC, H2L 2H7

Pour plus d’information, contactez Gabriel Landry
Tél. : (514) 894-0440  
Courriel : glandry@gabriellandry.com
Site Web :  www.gabriellandry.com
ou
Jennifer-Lee Barker, Directrice et fondatrice de la galerie
Tél. : (514) 347-6910Courr. : galeriedbc@gmail.com

Éruption du volcan Nyiragongo à Goma, République Démocratique du Congo

Par Serge St-Arneault, M.Afr.

Vous avez eu connaissance de la récente éruption du volcan Nyiragongo à Goma, en RDC. J’y ai séjourné plusieurs fois lors de mes premières années dans ce pays, appelé à l’époque le Zaïre. L’actuelle éruption n’est pas la première. Alors, pourquoi vivre si proche d’un volcan? Cette question se répète partout dans le monde où les populations vivent près de ces géants fumants. Au-delà du danger, Goma est un petit paradis; terre fertile, climat idyllique et magnifiques paysages.

Voici une photo que j’ai prise en 1981 à Nyabibwe situé entre Bukavu et Goma.

Bref, je vous partage une lettre écrite par le père Emmanuel Ngona en date du 28 mai 2021 que j’ai rencontré la première fois à Bukavu en 1981.

« Bonjour de Bunia où je suis bloqué à la suite à l’éruption volcanique du 22 mai à Goma. Ce malheur nous arrive dans cette province du Nord Kivu qui est aussi en état de siège depuis le 6 mai pour essayer d’endiguer les groupes armés qui sèment morts, violence, viols, pillages. Ainsi, à partir du 27 mai, plusieurs quartiers de Goma ont été évacués, menacés par le volcan Nyiragongo en activité. Nos trois communautés de Goma se trouvent dans ces quartiers rouges que le gouvernement demande de quitter. C’est la panique et le choc émotionnel.

Tous nos confrères et aspirants ont quitté Goma pour Bukavu via le Rwanda, sauf nos confrères de la paroisse de Katoy qui sont restés en solidarité avec les gens qui ne savent où aller. Ils leur portent secours avec leurs faibles moyens.

Le premier convoi est bien arrivé le 27 mai vers 22 heures à Bukavu et le second a passé la nuit à la frontière à cause d’une panne de voiture et de la fermeture des frontières. Mais vers 23 heures, une communauté de religieuses les a hébergés. Chacun a eu son lit, a pu manger et boire. Le deuxième convoi comprend 25 personnes.

Tous ces confrères et aspirants sont répartis entre nos trois communautés de Bukavu dans un esprit de solidarité et de style de vie simple. Nos confrères et candidats gardent la joie d’être missionnaires dans ce contexte incertain.

Quant à la situation de l’Ituri, où je suis bloqué à cause de cette situation, c’est aussi l’état de siège pour stopper l’activisme de quatre groupes armés qui tuent, brûlent, volent et paralysent la province de l’Ituri. Dans notre paroisse de Yambi-Yaya ici à Bunia, les infrastructures de quatre secteurs ruraux ont été détruites et pillées par la milice Codeco : les tôles enlevées, les instruments volés, les portes cassées, etc. Voilà en bref la situation que la population et les confrères vivent dans nos deux provinces, Ituri et Nord Kivu en état de siège.

Merci de penser à nous dans vos prières et votre solidarité. »

Nous sollicitons votre générosité

Un compte « Catastrophe naturelle – Goma » a été ouvert chez les Missionnaires d’Afrique à Montréal pour recueillir vos dons pour soutenir la population de Goma. Nous vous invitons à le faire grâce à notre lien internet suivant : https://mafr.net/don-en-ligne/30-projet-special-projet-special-catastrophe-naturelle-goma-30/personal.

Quelques photos prises par nos confrères à Goma