Latest Entries »

Cela fait déjà un mois et demi depuis le décès de papa. Ce sera son anniversaire la semaine prochaine. Il aurait eu 92 ans! Je tiens avant tout à vous remercier pour tout le soutien que vous avez manifesté particulièrement auprès de ma petite maman et aussi de toute ma famille. Un grand merci aussi pour vos prières, votre présence à la messe de funérailles et vos dons. Ici aussi, nous avons prié pour papa en communion avec vous tous. J’ai mis des photos sur mon blogue que vous pouvez visionner. Il y a quelque chose de mystérieux dans tout ça. Maman se porte bien. Elle est entourée de plein d’amour. Nous nous parlons assez souvent sur Skype.

Malgré la distance, je me sens proche de vous. Ce n’est pas qu’on se parle souvent. Même que… cela fait longtemps que je n’ai pas revu la plupart d’entre vous. Mais les liens demeurent. Ce ne sont pas des liens virtuels comme sur Internet. C’est quelque chose d’un peu plus spirituel. Le temps s’écoule. Les distances nous séparent. Je suis ici. Vous êtes là. Et pourtant, nous sommes unis par un amour mystique, une présence plus vaste que nos pensées et même notre mémoire.

Ici, en Zambie, nous venons de vivre des élections générales qui ont reporté au pouvoir le Président Edgar Lungu. Un nouveau gouvernement sera bientôt formé. Mais il y a un sérieux problème. En effet, le pays est divisé pour ainsi dire en deux blocs selon des appartenances tribales. Il y a eu pendant la campagne électorale, et encore, de la violence politique. Ici, gagner ou perdre des élections est parfois une question de vie ou de mort… quelque chose de plus sérieux que les alliances idéologiques ou partisanes. Il y a donc beaucoup d’inquiétude. Beaucoup d’effort a été déployé par les Églises pour la tenue d’élections pacifiques. J’ai moi-même participé à l’une de ces rencontres de prière. Nous prions encore pour que les institutions nationales telles que la Cour Constitutionnelle demeurent suffisamment fortes pour éviter les débordements possibles, ce qui serait catastrophique pour le pays. Je vous invite à vous joindre à nos prières.

Père Serge St-Arneault, M.Afr

 

Mambwe-Mwila 06-08-2016 00  JPEGDéjà trois semaines se sont écoulées depuis mon voyage à Mambwe-Mwela situé au nord-est de la Zambie à la frontière avec la Tanzanie. Un grand rassemblement organisé par l’Église Catholique soulignait l’arrivée des premiers missionnaires il y a 125 ans sur le sol de ce qui allait devenir la Zambie. Presque entièrement oublié pendant des décennies, Mambwe-Mwela a regroupé en une seule journée plus de gens que possiblement ce lieu a accueillis de visiteurs depuis 1891.

L’histoire est pourtant très simple. Les premiers Missionnaires d’Afrique – Pères Blancs, en route depuis Mponda au Malawi vers Karema sur la rive du lac Tanganyika, se sont arrêté à Mambwe-Mwela pour permettre au père Heurtebise, souffrant d’une attaque de malaria, de se reposer. Les deux autres membres de la communauté étaient le père Lechaptois et le frère Antoon Verkuylen. Ils se sont installés dans une vieille maison abandonnée par l’African Lakes Company. Environ deux cents Africains les accompagnaient dans leur voyage. Peu après, Mambwe-Mwela a été abandonné lorsque les missionnaires ont été admis dans le territoire du chef Mambwe chez les Bemba.

Mambwe-Mwila 06-08-2016 19a  JPEGL’Église Catholique veut commémorer cet épisode, car elle considère ce moment comme le point de départ de l’évangélisation en Zambie. Nous étions un bon nombre de confrères présents. Trois évêques étaient aussi présents ainsi qu’une foule très nombreuse. Même le président de la République Edgar Lungu, récemment réélu, y était.

Sans m’en rendre compte, j’ai moi aussi été photographié par un journaliste du Daily Mail. Seul l’Archevêque Chama du diocèse de Kasama me sépare de lui.

Père Serge St-Arneault, M.Afr

Mambwe-Mwila 06-08-2016 20  JPEG President Lungu, Arch Chama and Serge

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Commémoration des premiers Missionnaires d’Afrique – Pères Blancs à Mambwe-Mwela, Zambie.

Day of Prayer Showgrounds July 24, 2016 00Le « National House of Prayer » a invité l’élite politique, militaire et religieuse pour une journée de prière le 24 juillet dernier en plein centre de la capitale Lusaka, à un lieu public appelé ‘showground’. Ce rassemblement avait pour but de prier pour des élections pacifiques qui culmineront le 11 août avec les élections générales pour le choix d’un nouveau Président et d’un nouveau gouvernement.

Des milliers de gens se sont donné rendez-vous pour participer à cette prière animée par des leaders religieux; évêques, pasteurs et prêtres de différentes Églises. Je me suis retrouvé un peu par hasard au cœur de cet événement. J’ai en effet accompagné le père Charles Chilinda, curé de la paroisse de St-Ignace, après la messe de 11h30. Il devait inaugurer la cérémonie en implorant le pardon de Dieu pour les actes de violence politique qui ont entaché la présente campagne électorale. La chorale de St-Ignace était également présente et elle a soutenu les prières d’intercession en compagnie de la chorale des Forces policières de la Zambie.

Assis à côté du père Chilinda, celui-ci reçut un message sur son cellulaire lui disant que le père Lupupa était dans l’impossibilité de joindre les lieux. Il devait faire une prière.

─ « Peux-tu prendre sa place? » me demande-t-il.

Pendant que les chants se succèdent, je me mets à griffonner sur l’endos du papier sur lequel le père Chilinda avait écrit sa propre prière en empruntant un stylo d’un pasteur protestant voisin et une bible d’une pasteure. Le temps de coucher quelques idées sur mon papier, je suis appelé au podium pour m’adresser à cette foule devant une meute de caméra et de journalistes. La célébration était télédiffusée en direct sur le réseau national de la télévision d’État.

─ « Nous invitons maintenant le père Mbéwé à venir prier pour les forces de l’ordre et militaire. »

Comme il y avait changement de nom au programme, il m’a semblé plus simple de donner le surnom de ‘Mbéwé’ que j’ai reçu lorsque j’étais au Malawi. M’inspirant d’un passage des psaumes, j’ai fortement invité les hommes et les femmes engagés dans les forces de sécurité de la Zambie de répondre à leur vocation reçue de Dieu de protéger des plus vulnérables, en premier lieu les veuves et les orphelins. En effet, ce sont les plus pauvres qui subissent le plus cruellement les conséquences de la violence politique.

Étant pratiquement l’un des seuls ‘Blancs’ présents dans cette large assemblée, j’ai été inspiré par le populaire slogan ‘Une Zambie, Une Nation!’

─ « Comme vous le voyez, j’ai la peau blanche et je voudrais vous remercier, vous peuples de la Zambie, pour m’accueillir dans votre pays. Je suis un étranger, mais je me sens en sécurité et heureux d’être avec vous. Je suis fier de vous. Il y a des ‘Noirs’ et des ‘Blancs’, mais la seule vraie couleur est la couleur de l’AMOUR. »

─ «  ‘Une Zambie, Une Nation, Une couleur!’, la couleur de l’AMOUR. »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous pouvez visionner la vidéo (de piètre qualité) qui a été publiée sur le réseau social de Facebook. Ci-joint un extrait sur YouTube : https://youtu.be/aRR-liDZikQ

Chant funérailles de BastienLes funérailles de Bastien St-Arneault ont eu lieu en deux endroits simultanément; à l’église St-Laurent à Trois-Rivières et à Lusaka, Zambie. Seulement quatre heures séparèrent les deux cérémonies le 16 juillet dernier. Celle en Zambie a débuté à 10h00 (16h00, heure locale) alors que l’autre a commencé à 14h00. Le père Serge St-Arneault a présidé la messe de funérailles de son père en présence d’une soixantaine d’amis et confrères dans la cour intérieure de leur maison située à Woodlands. L’église de St-Laurent était presque bondée avec au-delà de 250 personnes, dont plusieurs membres de la famille.

La famille St-Arneault est très reconnaissante du soutien moral et spirituel qu’elle a vécu les jours suivants le décès de papa Bastien. Ses derniers jours à l’hôpital lui ont été très pénibles. Sylvain était à son chevet au moment de sa mort vers 3h00 du matin le 5 juillet. Plus d’une centaine de messages nous ont été envoyés sur Facebook ou par courriels. Plusieurs se sont joints à nous par la pensée et la prière au moment même où se déroulaient les messes à l’intention de notre papa.

Les Missionnaires d’Afrique Jean-Marie Tardif, Luc Perreault, Jacques Poirier, Denis Laflamme, Martin Grenier, Denis-Paul Hamelin, Jean-Marie Béliveau, Jacques Bédard, Emmanuel Adeboa, André Savard et André Bilodeau étaient présents à Trois-Rivières.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bastien 2016_PNG5 juillet 2016, 15h15

Parents et amis,

Je suis tout juste de retour de Ndola situé à la frontière de la République Démocratique du Congo. Nous sommes arrivés à Lusaka vers 13h30 après un voyage d’environ cinq heures. Ce n’est que maintenant que je regarde mes courriels et maman m’annonce que papa est décédé de matin à 4h00, heure locale, ce qui correspond à 10h00 en Zambie. Dans un précédent message, mon frère Sylvain me disait qu’il était avec papa tard dans la nuit, à 3h15 du matin. Mathieu, son aîné, venait d’aller reconduire maman à la maison. Ma sœur Lucie et son conjoint Daniel devaient le remplacer vers 8h00. « Les dernières heures de papa ont été très pénibles. Papa a beaucoup souffert. Il s’est calmé après l’injection de morphine. C’est triste de le voir dans cet état. On dit souvent qu’on l’aime. Parfois, il nous reconnaît et ses yeux nous parlent » de dire Sylvain. Papa n’est donc pas resté aux soins palliatifs longtemps. Lucie a informé maman et elle est retournée immédiatement à l’hôpital avec Daniel. « Il a fini de souffrir. Prions ensemble afin qu’il ait une belle rencontre avec Annie » écrit maman.

Je tiens à vous remercier de tout cœur pour vos pensées et vos prières. En famille, entre nous, on se dit souvent qu’on s’aime. Au nom de ma famille, je vous dis aussi que nous vous aimons tous, car, nous le savons, vous nous aimez en retour. C’est cette chaîne d’amour qui guide nos pas vers l’espérance et le grand Amour que Dieu a pour nous, ses enfants. Un merci particulier pour mon grand ami, un vrai frère, Gervais Dumais et Jacky sa conjointe qui ont été eux aussi au chevet de papa.

16H15

Je viens de parler avec maman, Lucie et Daniel sur Skype. Nous partageons les mêmes pleurs, mais demeurons sereins. Ils sont tous très fatigués après une telle nuit. Les funérailles de papa auront lieu le samedi 16 juillet à 14h00 à l’église Saint-Laurent à Trois-Rivières. Papa avait demandé d’être incinéré. Je ne serai pas présent, du moins physiquement. L’urne funéraire sera gardée jusqu’à mon prochain congé l’année prochaine. Nous vous inviterons pour une autre célébration. D’ailleurs, c’est une coutume dans beaucoup de pays africains de célébrer la vie d’un être cher une année après son décès. On appelle ça, le « lever du deuil ». Encore une fois, merci pour votre amour et vos prières. Avec ma bénédiction. Serge St-Arneault, M.Afr

Death of the father of Fr. Serge St-Arneault

I just got the news from my mother that my father called Bastien passed away this morning in Canada. He was hospitalised last April but recovered enough to be discharged. I was with him at that time but came back to Zambia in May. Since then, he was living in a special apartment where proper care was provided according to his old age and needs. It went on relatively well for some time but was hospitalised once more about two weeks ago. His pain increased to the point to get injections of morphine. The last days were really painful. He was very agitated. On his bed side were my brother Sylvain, his son Mathieu, my sister Lucie and her husband Daniel, my mother Laurette and my good friend Gervais and his wife Jacky. Other grand-children were also present.

The funerals will be held on Saturday 16 at 2:00 pm at St. Lawrence church in Trois-Rivières. Many thanks for your prayers and support. My father went to meet my sister Annie who died in 1989. “He is no longer suffering. Let us hope that they get a nice encounter in heaven”, says my mother.

holiday-inn-JPEGFrancfort, Allemagne.

De Montréal, j’ai pris mon vol sur Air Canada le samedi 7 mai à 19h05 pour arriver à Francfort le lendemain à 8h20, heure locale, après un vol de sept heures. J’ai alors loué une chambre d’hôtel au Holiday Inn située à quinze minutes de l’aéroport de Francfort. J’y ai dormi une bonne partie de la journée. Trouver la sortie du terminal a été un peu compliqué vu son immensité et le passage nécessaire à l’immigration. Je trouve enfin l’endroit où faire ma réservation. « L’autocar de l’hôtel arrivera dans cinq minutes. Tourner à droite à la prochaine porte sur votre gauche. C’est tout près. » Évidemment, je me suis vite trouvé confus en voyant des autobus un peu partout. Le temps presse. Comment m’y retrouver? Où aller? Les indications! Pas évident! Paniquant, je m’informe auprès d’un passant. « Attendez ici! Voyez! Là est l’affiche indiquant la liste des hôtels. Votre autocar s’arrêtera juste ici. » Je possédais un papier sur lequel était inscrit le nom de l’hôtel. Le problème est que les autocars ont différentes tailles et affichent leur provenance de différentes façons. Soudain, je vois passer un véhicule où il est inscrit ‘Holiday Inn’ sur la portière. Loupé! Le prochain arrivera dans une demi-heure, m’a-t-on dit. Soudain arrive un minibus. C’est lui! Je montre mon papier au chauffeur qui s’élance sans rien dire. Je suis le seul passager.

Le trajet emprunte une autoroute qui traverse une forêt. Quelques courbes et voilà qu’apparaît le Holiday Inn. On m’offre la chambre 524 que j’ai tôt faite de payer. C’était la dernière chambre disponible pour une location de jour. Je prends ma carte d’accès de la chambre et puis l’ascenseur. Mais comment ouvrir une porte avec une carte ? Cela aurait pourtant été si facile en lisant le mode d’emploi écrit  au verso ! Bref, un bon samaritain me montre comment faire. Il y a deux petits lits et une salle de bain. Je ferme le rideau, car le soleil plombe. Vais-je passer toute la journée dans un four? Il y a une télévision et une lampe de bureau. Tout fonctionne sauf les lumières dans la salle de bain! Curieux! Me vient l’idée d’insérer la carte dans une fente placée au mur tout juste à côté de la porte d’entrée. La lumière apparaît et la climatisation se met en marche. Pas mal pour un ignorant! Pas grand-chose d’intéressant à la Télé. Je me couche à 11h00, me réveille à quelques reprises pour me lever à 18h00. J’avais déjà pris ma douche le matin. Que faire maintenant pour me raser? La douanière à Montréal m’a confisqué ma crème à barbe. « C’est au-delà de 10 ml. Je suis désolé. Vous n’aurez qu’à vous raser avec du savon. » Je me fais donc une mousse avec un petit savon et me rase. Il est temps de descendre à la réception. Le minibus me ramènera à l’aéroport à 19h30. Je cherche le restaurant. Je le trouve, mais il n’y a personne. Je m’informe alors au réceptionniste qui m’a d’abord ignoré pour s’adresser en arabe à deux autres visiteurs. « Prenez la sortie vers la terrasse juste là », me dit-il.  Les tables sont alignées à l’extérieur. Il y a de la verdure, de magnifiques arbres. Le ciel est bleu. C’est très beau. « Puis-je voir le menu? » Il approche 19h00 et je ne tiens pas à être en retard pour prendre le minibus.

 Je regarde rapidement et choisis le premier menu sans savoir vraiment ce que c’est. Le serveur m’apporte quelques bouts de pain et une assiette avec du beurre, une demi-tomate toute minuscule et une olive noire trempée dans de l’huile d’olive. Belle entrée quand même! L’assiette ne tarde pas à venir. Sur un côté, des petites patates rondes, au milieu, des asperges blanches et une sauce béchamel. C’est succulent! Facile aussi à manger. Pas autant que la facture de $26.00.

 ethiopian_PNGAddis-Abeba, Éthiopie.

Je suis arrivé à Addis-Abeba vers 5h30. Voyage de nuit sans aucun sommeil. Je suis dans le terminal d’Addis-Abeba et je regarde les gens passer. Il y a beaucoup de Chinois. J’attends 8h00. En effet, la préposée au  service à la clientèle m’a demandé de patienter. Comme j’ai voyagé sur Air Canada et Ethiopian Airways, elle ne sait pas si j’ai droit à une chambre d’hôtel. Attendre ici jusqu’à ce soir 20h30 me semble long. Il y a du bruit; appels sur haut-parleurs et travaux de restauration à l’intérieur du terminal, surtout sur le toit. J’ai fait le tour. Bof! Les boutiques et restaurants ont l’air délabrés à l’image du terminal lui-même.

Le mieux serait de ne pas trop dormir durant le jour. J’arriverai à Lusaka vers minuit trente. Le temps de sortir et de me rendre à Woodlands, il sera 2h00. Si je pouvais dormir la nuit prochaine, cela me permettra de ne pas changer le jour pour la nuit pour le reste de la semaine.

Il est 9h45. La situation ne s’est guère améliorée. Ethiopian m’a proposé une chambre pour la journée au prix de 190 $. Dire que j’ai eu une chambre d’hôtel pour 50 euros à Francfort. J’ai donc décliné. Le seul restaurant visible est plutôt moche. Il y a plusieurs cuisiniers, mais les serveurs/serveuses sont d’une lenteur exécrable. On dirait un désordre organisé. Une heure d’attente pour commander un grand verre de jus d’orange frais au prix de 5 $. Une chance que je n’ai rien d’autre à faire.

On entend les scies électriques et marteaux résonner de tous les côtés. J’ai pris deux comprimés pour soulager mon mal de tête. La journée sera longue. J’ai trouvé une prise de courant. J’espérais brancher mon portable. Sauf que la prise est incompatible avec mon fil d’alimentation. Ma seule consolation est de visualiser comment sera l’aérogare une fois les travaux de restauration terminés. Il y a en effet deux immenses panneaux en face de moi illustrant le futur terminal qui sera prêt en 2017.

14h00. Les marteaux-piqueurs sont sur le toit et font un bruit infernal. Deux militaires, hommes, viennent de passer en te tenant par la main. Je calcule. Cela fait 8 heures que j’attends et il m’en reste encore autant avant que le prochain avion s’envole. Ce sera donc une attente de 16 heures. De plus, il fait chaud, de plus en plus chaud. J’ai mangé un curry ce midi en regardant un reportage sur un écran de télévision; des animaux vivants dans l’arctique polaire. Le curry n’était pas mauvais, mais sec. Il manquait la sauce barbecue de St-Hubert. J’ai les jambes ankylosées. J’ai comme des spasmes. Ouin! Ça pourrait être mieux! Je m’interroge souvent lorsque je vois les montages de produits sur les étalages des boutiques hors taxe et les choix de restaurant. Montréal et Francfort n’en manquent pas. Pourquoi y en a-t-il autant? Ici, j’ai le sentiment qu’il n’y a rien … d’intéressant. Conclusion; je suis fatigué et il me reste encore de longues heures d’attente et un long voyage. Je dois dire que les jeunes Éthiopiennes sont très jolies.

16h00. Les préposées aux déchets m’ont réveillé. J’ai probablement dormi une heure sur un siège allongé plutôt inconfortable. Les autres bruits sont devenus un bruit de fond. Il me semble avoir entendu la pluie sur le toit de tôle. Le ciel est couvert de nuages. D’immenses fenêtres s’étalent sur toute la longueur du terminal et laissent pénétrer la lumière du jour.

J’essaie d’économiser la batterie du portable du mieux que je peux. Il me reste 30% de capacité. De quoi ajouter quelques lignes. Je vais y penser deux fois plus qu’une avant de voyager encore sur Ethiopian.

18h30. J’attends dans cet aéroport depuis 13 heures. J’ai dormi une autre petite heure sur le même siège inconfortable. Le bruit ne m’importune plus. J’ai oublié de dire plus tôt que j’ai voulu acheter une barre de chocolat avec gaufrette et un Pepsi. Total de 9 $; le Pepsi 1 $, la gaufrette 8 $. Je me suis contenté du Pepsi. Maintenant même, je viens de commander un thé et un morceau de gâteau. L’embarquement ne débutera qu’à 20h30. Ma batterie va bientôt être trop basse pour continuer à écrire.

Woodlands, Lusaka

Il est 2h24 et je suis dans ma chambre. Le voyage a été long; 45 heures au total depuis Montréal en comptant les arrêts. Le dernier vol n’a duré que trois heures. Nous n’étions qu’une vingtaine de passagers à descendre de l’avion qui poursuivait son vol vers Harare au Zimbabwe. Autre frustration; je n’ai pas pu récupérer mes bagages. J’ai donc fait une réclamation. Quand trouverais-je mes valises?

Tout juste avant de sortir, l’hôtesse de l’air m’a donné un questionnaire à remplir pour évaluer le service d’Ethiopian. Je ferais mieux d’y répondre un peu plus tard, car mes réponses vont être salées.

Un taximan m’attendait à la sortie avec mon nom écrit sur une feuille. Nous n’avons croisé personne sur tout le trajet, 25 km, pour nous rendre à Woodlands. Ni même une voiture! Rien! C’est comme un couvre-feu. Jerry, le taximan, m’a expliqué que l’élite antiémeute patrouille dans les rues la nuit et malmène quiconque s’aventure seul. Cela fait suite à l’arrestation de 12 suspects, dont 4 Rwandais, accusés d’avoir assassiné des gens selon des rituels de sorcellerie. Il semble même que l’un d’eux soit un chirurgien qui a prélevé des membres sur les cadavres, aux dires de Jerry.

Je m’attendais à ce que ma chambre soit propre en arrivant, mais ce n’est pas le cas. De plus, le tuyau d’écoulement du robinet n’est plus étanche. J’ai dû mettre un seau sous l’évier pour éviter que l’eau se répande partout. De plus, je n’ai pas sommeil. Pour me consoler, je porte ma belle robe de chambre, car il fait plutôt frais.

Lusaka, 11 mai 2016.

J’ai récupéré mes bagages hier après-midi. J’ai nettoyé ma chambre et fixé le tuyau d’évacuation du robinet. J’ai également bien dormi la nuit dernière. Lisant le journal du matin, j’ai noté que des arrestations ont eu lieu suite à ces meurtres liés à des rituels de sorcelleries. Aucun rwandais n’est mentionné, mais plutôt quatre soldats de l’armée Zambienne. En revenant de l’aéroport, je me suis arrêté pour saluer mon ami Jean-Marie Nderere Mungu, d’origine rwandaise. J’étais inquiet à son sujet. Heureusement, il n’a pas été attaqué et sa famille se porte bien. « Ce sont de fausses rumeurs contre les expatriés rwandais, dit-il, qui ont provoqué ces incidents. »

Laurette Perron 2016_PNG

Laurette Perron

Toute notre attention s’est tournée vers mon papa depuis un mois. Le médecin avait déclaré que ses jours étaient comptés. Son état était très critique. Et puis, comme vous le savez maintenant, il a retrouvé suffisamment de force pour être admis dans une résidence adaptée à ses besoins de santé. Tout compte fait, cela s’est déroulé rondement. Mon papa Bastien est encore à s’adapter à son nouveau milieu. Il le fait avec toute la détermination qu’on lui connaît.  Évidemment, les repas n’ont pas aussi bon goût que ceux préparés par maman. Pour Laurette aussi c’est une nouvelle organisation de vie qui s’annonce. « Il n’y a pas beaucoup de couples qui se séparent après 62 ans de mariage », blaguait papa.

Maman, je le constate encore une fois, est d’une générosité sans borne. Nous, les enfants, avons invité tant d’amis et copines à la maison à La Tuque. Elle a accueilli chacun avec plaisir et elle a préparé de nombreux mets pour plaire à tout le monde. Cuisiner, elle connaît ça! Cinq minutes de repos et elle était prête à recommencer.

Mais ces jours-ci, c’est un peu différent. « Je me sens fatiguée. J’ai besoin de me reposer » nous dit-elle souvent. Il est évident que tous ces événements, les jours qui ont précédés l’hospitalisation de papa, les pronostics alarmants, les changements de propriété de la voiture et autres paperasses, la recherche d’une résidence, les va et viens et le stress ont exigés beaucoup de ses forces. Elle a dû puiser dans ses réserves mais « je vais bientôt  aller mieux», nous dit-elle. « Et puis, je ne serai pas la seule à vivre seule en appartement » ajoute-t-elle. La confiance, avant tout! Confiance pour Bastien, confiance pour elle-même. Bravo petite maman! Tu es un modèle pour nous tous.

Ce n’est pas sans un pincement au cœur que je retourne en Zambie. Je m’envolerai samedi soir le 7 mai. Il est difficile de quitter. Je rends grâce au Seigneur pour tout l’amour, les marques d’attention et les prières, par centaines, qui ont fusé de partout sur Facebook et par courriels. Nous, la famille de Bastien et Laurette, nous sommes tous très touchés par cette amitié sans frontières. Je tiens à dire un merci particulier à mon ami Gervais Dumais qui, toujours disponible et souriant, nous a aidés pour le déménagement des meubles de chambre de papa. Merci aussi à mon amie Danielle Paradis pour sa présence attentive et sa tendresse indéfectible. Ensemble, nous faisons partie d’une seule et même famille, celle de Dieu. Nous sommes ses enfants.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci Laurette, merci Bastien pour votre courage. J’ai été choyé de pouvoir partager avec vous ces moments si intenses pendant un mois entier. Voilà. Maintenant je suis prêt pour ce départ, on m’attend à Lusaka!

Père Serge St-Arneault, Missionnaire d’Afrique en Zambie

Bastien Villa Jardin Fleuri 04BIl y a trois semaines, je recevais un message de ma famille m’annonçant que mon papa était très malade, à vrai dire mourant. Transporté d’urgence à l’hôpital, son état était critique; eau aux poumons, insuffisance rénale, jambes enflées et autres complications. Je suis rapidement revenu au pays en espérant le voir avant sa dernière heure. Mon frère Sylvain m’a conduit à son chevet dès mon arrivée à l’aéroport de Montréal. Plus d’une centaine de personnes, parents et amis, ont envoyé des messages d’encouragement et des prières sur Facebook et par courriels. Je les ai imprimés pour les partager avec mon père. Lentement, soins hospitaliers aidant, papa a pris du mieux. Du 5e étage de l’hôpital, il est descendu au 1er après deux semaines. Il a reçu de l’oxygène pendant un certain temps. Papa est toujours resté alerte et conservé son sens de l’humour. Encore maintenant, certaines douleurs persistent, sa fragilité physique aussi. Il aura tout de même 92 ans au mois d’août. De toute évidence, il ne pourra pas retourner vivre en appartement avec maman. Puis, le vendredi 22 avril, la travailleuse sociale du nom de Maryline Villemure nous a annoncé que papa recevrait son congé d’hôpital la semaine suivante. Sans tarder, je me suis mis à la recherche d’une résidence privée où papa recevrait les soins dont il a besoin. Il fallait agir vite et donner notre réponse dès le lundi suivant. En famille, nous avons opté pour la Villa du Jardin Fleuri. Il s’agit d’une résidence pour personnes autonomes et semi-autonomes. Nous avons aménagé la chambre 122 avec l’aide de mon ami Gervais Dumais en transportant les meubles de sa chambre à coucher. Même s’il aura besoin de quelques jours encore pour se familiariser avec son nouvel environnement, il retrouve son lit, ses meubles et ses effets personnels. Il pourra même utiliser son quadrimoteur dans la Villa. Par contre, un nouveau handicap s’ajoute à ses limites physiques. En effet, il devra porter en permanence une sonde urinaire.

Papa est dans son nouvel ‘appartement’ depuis vendredi 29 avril. C’est une autre adaptation. Nous avons confiance qu’il relèvera ce nouveau défi. Ma sœur Lucie, son mari Daniel et leurs enfants Vincent et Roxanne vivent tout près et le visitent déjà souvent. Sylvain n’est pas loin non plus avec Guylaine, son épouse, et ses enfants Mathieu et Isabelle. Nous sommes tous extrêmement reconnaissants pour l’appui et les prières que nous recevons des quatre coins du monde. Il y a beaucoup d’amour partagé dans cette étape de vie, de fin de vie … qui se poursuit. Pour combien de temps encore? Quoiqu’il advienne, nous remettons nos espoirs et nos vies dans les mains de Dieu. Notre foi est plus grande que nos questions. Encore une fois merci pour toutes vos marques d’encouragement et vos prières. Je retourne en Zambie samedi prochain. Serge

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La poésie et la littérature pour l’estime de soi

L’Écho La Tuque – Haut St-Maurice, Publié le 13 avril 2016

Récital de poésie La Tuque Mars 23 Echo La TuqueRécital de poésie et de littérature à La Tuque

CULTURE. Le 5 février dernier, six élèves du primaire et du secondaire des écoles de La Tuque ont participé au récital de poésie et de littérature organisé au Complexe culturel Félix-Leclerc pour la cinquième année consécutive.

Le premier événement avait été tenu en septembre 2011 à l’occasion de la sortie du livre du père Serge St-Arneault, un prêtre missionnaire d’Afrique et frère d’Annie St-Arneault, l’une des victimes de la tuerie de Polytechnique. Son livre, Une parole pour traverser le temps, contient les poèmes de sa sœur. Un récital avait été tenu lors de la sortie.

Le père St-Arneault avait alors invité la communauté de La Tuque à répéter l’expérience le 6 décembre, date de la tragédie, ainsi qu’au cours des années subséquentes. La tradition se perpétue ainsi depuis maintenant cinq ans, où des artistes partagent leurs propres textes ou ceux d’autres auteurs latuquois d’origine ou d’adoption.

Nadine Abboud Lebrun dit s’investir depuis cinq ans pour susciter la participation des élèves, car il s’agit d’une occasion privilégiée d’améliorer leur estime de soi et leur confiance. «Écrire permet aussi à chacun des élèves de se révéler à lui-même et de mieux se connaître. Il y a donc un aspect spirituel dans la participation au récital de poésie», explique-t-elle.

«Je participe aux récitals de poésie depuis 2011. J’étais alors en première secondaire et j’ai répondu à l’invitation de Mme Nadine. Au début, j’avais de la difficulté à me présenter au micro. J’étais trop gênée», explique le participant Shawerim Coocoo. «Au bout de cinq ans, je peux mesurer le chemin parcouru. J’ai acquis énormément de confiance et d’assurance sur scène. Mes textes sont devenus de plus en plus profonds. Ils me permettent aussi de mieux me connaitre, de me comprendre et de m’affirmer. Je suis fière de moi!»

Yolande

Il y a quelques années, ma cousine et grande amie Yolande St-Arneault nous accueillait chez elle à Ste-Thérèse, moi et Danielle. Je ne me rappelle plus exactement le contexte, mais, suite à nos échanges, Yolande nous déclara dans un élan de tendresse : « Je vous prends dans mes bras et je vous berce ».

La veille de Noël, je vous ai partagé le drame de la maman de Mercy, cette adolescente de 15 ans qui est probablement décédée de leucémie. « On peut penser, de me dire Danielle, que Yolande est présente pour consoler la maman et accueillir Mercy. » En effet, Yolande est morte le 27 mars 2014 d’un cancer. J’étais chez elle au moment de son décès.

Hier, Jean-Marie Nderere Mungu, un réfugier Rwandais vivant en Zambie depuis une quinzaine d’années, m’a invité chez lui pour célébrer le baptême de sa fille âgée maintenant de huit mois. La communauté rwandaise est assez nombreuse à Lusaka. Les années se sont écoulées et ces familles autrefois déplacées se sont intégrées dans la société zambienne. Jean-Marie est propriétaire de magasins d’articles d’art et de confection d’habits. Il a une boutique pas très loin de chez moi, au centre d’achat Crossroads à Woodlands.

─ « Comment te sens-tu d’être de nouveau papa à l’âge de 54 ans ? », lui ai-je demandé.

─ « Je me sens plus jeune ! »

Son épouse, d’une dizaine d’années de moins que lui, a enfantée après un intervalle de onze ans. Cela a été totalement inattendu et par moment inquiétant.

─ « Solange a eu des complications pendant sa grossesse due à son âge. J’ai beaucoup prié, mais elle a prié encore plus que moi. Je vous le dis, mon père, c’est notre foi en Jésus qui nous a soutenus. Voyez, l’enfant est en bonne santé, une belle petite fille. »

Les drames se transforment parfois en réjouissances. Sans oublier la précarité de la situation de réfugiés, Jean-Marie a une belle maison. Il a planté des arbres dans sa parcelle, dont des eucalyptus. Les plus grands enfants ont étudié. Le plus vieux a même obtenu son diplôme d’avocat.

Nous sommes une trentaine de personnes bavardant sous le feuillage des arbres. Il y a à boire et à manger. C’est une fête.

─ « Merci d’être venu en grand nombre partager notre joie. Cette année, la fête de Noël est plus belle que jamais puisque notre fille vient d’être baptisée aujourd’hui. »

Son discours se poursuit en anglais, en français et en kinyarwanda. Un peu disparate, mais émouvant ! Bougie à la main, le parrain prend aussi la parole au côté de la marraine et de Solange tenant l’enfant dans ses bras. Tout se fait en kinyarwanda, mais je comprends qu’il remercie Jésus. C’est un discours d’action de grâce.

─ « À propos, quel est le nom de la petite ? »

Jean-Marie me regarde avec un large sourire. Il prend sa fille dans ses bras et la berce.

─ « Elle s’appelle Yolanda ! »

Quelle belle tendresse ! Yolande nous berce encore !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.