D’une même voix, des proches des victimes des tueries de Polytechnique, du Collège Dawson et de la mosquée de Québec, de même que le père d’un policier tué en service, réclament du gouvernement Trudeau un moratoire immédiat sur la vente des armes d’assaut, de même qu’une interdiction permanente sur l’importation et la fabrication des armes de poing.

LOUISE LEDUC, LA PRESSE

Publié le 26 novembre 2019

Rappelant les engagements du gouvernement Trudeau en campagne électorale, les signataires d’une lettre qui vient d’être adressée à Bill Blair, ministre de la Sécurité publique, se disent « très optimistes » que ces promesses seront respectées « au cours du prochain mandat libéral compte tenu de l’appui explicite de trois partis d’opposition (NPD, Bloc québécois et Parti vert) ».

Les auteurs de la lettre rappellent au gouvernement que selon Statistique Canada, le nombre d’homicides par armes à feu a augmenté pour une quatrième année consécutive. « Notons que cette recrudescence suit de près le démantèlement de mesures de contrôle majeures entrepris à partir de 2012 par le précédent gouvernement Harper », est-il écrit.

Pour ce qui est des armes de poing, les proches de tueries survenues au Québec écrivent
 qu’« une interdiction de l’importation et de la fabrication d’armes de poing n’équivaut pas à leur prohibition – leur vente, transfert et possession pouvait se poursuivre à l’intérieur du pays –, mais cela freinerait l’augmentation exponentielle de leur nombre en territoire canadien ».

Quant aux armes d’assaut, les auteurs de la lettre rappellent que le Ruger Mini-14 de Marc Lépine « demeure une arme à feu sans restriction, et ce, malgré l’engagement du Parti libéral de l’interdire » en 1999.

« Théoriquement, la limite pour les chargeurs au Canada est de cinq balles pour les armes non restreintes et de 10 balles pour les armes restreintes, précisent les proches de victimes. Cependant, des échappatoires et la disponibilité légale de chargeurs “modifiés” font de ces limites une risée. En effet, au moins trois auteurs de récentes tueries avaient modifié illégalement leurs chargeurs pour les augmenter à leur capacité maximale illégale. »

Entre autres mesures, les signataires de la lettre à M. Blair réclament entre autres de meilleurs contrôles des demandeurs de permis et un meilleur accès pour les policiers des registres de ventes. Ils espèrent aussi que le gouvernement réfléchira à la pertinence d’interdire la vente en ligne des armes restreintes.

« En tant que victimes et témoins de violence extrême commise à l’aide d’armes à feu, nous cherchons ainsi à rendre hommage à nos proches, soit en obtenant des mesures concrètes pour prévenir d’autres tragédies évitables », concluent les auteurs de la lettre.

Vient de paraître dans le journal Le Devoir

https://www.ledevoir.com/opinion/idees/567874/pour-un-moratoire-immediat

Ont également signé cette lettre plusieurs membres de familles des victimes de l’attentat de Polytechnique, dont Serge Saint-Arneault, frère d’Annie Saint-Arneault, orginaire de La Tuque.