Archives du mot-clé Révolution tranquille

MA RÉVOLUTION TRANQUILLE, SUITE

Par Serge St-Arneault, M.Afr

Pour donner suite au premier texte de Ma Révolution tranquille du 29 avril 2022.

Est-ce l’air du temps? Toujours est-il que le thème de la Révolution tranquille resurgit de plus fort ces jours-ci sur les ondes radio. L’émission ‘Le temps d’une chanson’ animée par Catherine Pépin le 30 avril dernier présente le chanteur français Georges Brassens. Né en 1921, il est décédé à l’âge de 60 ans le 29 octobre 1981. Brassens a débuté tardivement sa carrière de chanteur en 1953.

Catherine Pépin

« Les propos de ses chansons sont confrontant, de dire Catherine Pépin. Au début des années 1950, l’Église, l’armée, la police étaient généralement très respectées et Brassens donne un gros coup de pied là-dedans. Aujourd’hui, on trouve ça drôle quand Brassens se moque des curés. Les chansons de Brassens étaient un puissant scandale, une œuvre combative. Entre 1952 et 1964, la moitié des chansons de Brassens sont interdites sur les ondes. C’est l’un des artistes les plus censurés en France. »

« J’ai milité dans le mouvement anarchiste à l’âge de 23 ans, de préciser Georges Brassens. Les idées anarchistes, surtout la morale anarchiste était la plus proche de ce que je croyais, de ce que je pensais; un refus de l’autoritarisme, un refus de l’armée, un refus de la loi, un besoin pour l’homme de gérer ses affaires lui-même, pour les corps de métiers de gérer leurs affaires eux-mêmes. Ça me convenait, mais je n’ai pas poussé ça très avant. Ces idées me convenaient et j’en suis resté là. » 

Pourquoi est-il si important de nous souvenir de Georges Brassens ? Pourquoi reste-t-il présent dans notre mémoire 30 ans après sa mort? Catherine Pépin a recensé les commentaires suivants venant de ses auditeurs.

« Parce que ces phrases et ses mélodies nous accompagnent quotidiennement pour peu que nous l’ayons suffisamment écoutée. Dans telle ou telle situation difficile ou heureuse, je l’entends me parler et me conseiller et son humanisme m’éclaire. » Félix Houde

« Georges, c’est une œuvre magistrale, un monde à part où s’entremêlent des personnages, des atmosphères, des histoires un peu comme dans les livres pour enfants et ce n’est pas par hasard si dès mon plus jeune âge j’ai été intrigué par ses chansons. Brassens est pour moi à la foi mon artiste favori, mais aussi un compagnon de route le plus fidèle, un refuge. » Arnaud Lefèbvre.

Même si les textes de Brassens dénoncent l’ordre établi par l’humour, il existe aujourd’hui en France 150 écoles qui portent son nom.

Mes sentiments

Personnellement, les chansons de Brassens ne m’ont jamais particulièrement dérangé. Mais, je n’avais pas réalisé à quel point son style provocateur attirait un large auditoire enthousiaste. Il était lui-même étonné. Le style musical de notre Félix Leclerc national l’avait influencé et ils étaient amis. C’est Félix qui a accueilli Brassens lors de sa seule tournée au Québec. Ces deux chanteurs avaient une âme de poète et la fougue de la diatribe.

J’ai le sentiment que la période de l’après-guerre 39-45 a fait naître un esprit rebelle contre les formes d’autorités politiques et religieuses. Peut-être est-ce cette monstrueuse guerre qui a dévasté l’Europe qui est à la source de cette rébellion de l’ordre établi responsable de soixante-dix millions de morts.

UNE LIBÉRATION

L’après-guerre, c’est la libération. Le modernisme s’épanouit. Il y a de l’argent en circulation et les biens de consommation sont devenus plus accessibles. Le carcan des conventions, les règles de conduite et de bienséance, les stéréotypes associés au sexe ou à une fonction, les styles vestimentaires ou le droit de porter les cheveux longs comme je l’ai vécu lors d’une journée de grève des garçons de l’école secondaire Champagnat de La Tuque en 1970, toutes ces critiques ou revendications ont fait voler en éclat le conventionnel.

En définitive, Brassens, tout comme les Cyniques, a dénoncé par l’humour ce qui devait l’être. Ils ont utilisé leur talent et leur intelligence pour offrir une porte de sortie à une forme d’aliénation collective que Karl Marx avait si savamment énoncée un siècle plus tôt. Il y a en effet un réel danger pour qu’un individu, tout comme un groupe ou une société, puisse s’aliéner lorsque la conscience ou l’identité personnelle, ou celle d’un groupe social se confondent avec une idéologie politique ou religieuse. Le rigorisme de tout acabit est un chemin d’aliénation.

Michel Désautels

Avant l’humour comme arme de démolition des conventions, il y a eu Paul-Émile Borduas. Dans les dernières minutes de son émission diffusée le 1er mai 2022, Michel Désautels s’entretient avec Gérard Berréby qui vient de rééditer la publication du Refus global de Paul-Émile Borduas. L’édition originale du 6 août 1948 avait été publiée à 400 exemplaires, la nouvelle a été tirée à 4000 sur les Éditions Allia, France.

« Borduas, aux dires de Gérard Berréby, dressait un tableau sans concession de la société québécoise des années 40, bien avant la période de la Révolution tranquille de 1960, l’époque dite de la grande noirceur que la figure autocratique, cléricale et nationaliste de Maurice Duplessis, premier ministre entre 1944 et 1959, incarne le mieux. C’est à tout ce système que va tenter de s’attaquer Borduas et dynamiter un petit peu toutes les idées reçues. Il dresse dans ce texte un portrait au vitriol et sans concession, mais également, pas seulement de la société québécoise, mais aussi de la société au sens large et de tous ses travers au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Borduas évoque et annonce la fin du règne de la peur multiforme et il en a à cette domination des prêtres catholiques et de leurs associés de la société civile trop proche de la religion. »

Dénonciation du capital et de la mainmise des autorités cléricales

Gérard Berréby ajoute : « Ce texte-là est une invitation envoûtante à sortir des ornières en faisant appel à la raison et à la sensibilité et une expression du refus des déviances du libéralisme. C’est un hymne à la révolte et surtout c’est un texte très monitoire de ce que va devenir la société à travers la défiance du libéralisme, de l’esprit utilitaire qui domine la société. Comme dit Borduas, le refus de servir, d’être utilisable et d’être une marchandise. En ce sens, le texte annonce la domination marchande planétaire et annonce les excès du libéralisme. Borduas le fait dans un texte plein d’énergie avec des fulgurances poétiques. (…) Le Refus global ne saurait être coulé dans une langue sage et policée. C’est une langue d’une grande exigence et le travail sur le style est très poussé. »

Pour Gérard Berréby, le Refus global est l’un des grands textes subversifs du XXe siècle; dénonciation d’une société bigote et renfermée, contestation non seulement de l’emprise du catholicisme sur les consciences, mais aussi de la raison marchande, du calcul égoïste, qui a d’ailleurs partie liée avec la foi catholique mortifère.

Les Insolences du Frère Untel

Dans ces mêmes années, il n’y avait pas que des chanteurs, poètes et artistes pour dénoncer et appeler à plus de liberté. Il y avait aussi des religieux.

Un essai écrit par Jean-Paul Desbiens, sous le pseudonyme de Frère Untel, publié le 3 novembre 1959, est une critique mordante de la société québécoise. Selon Wikipédia, il dénonce une religion basée sur la peur et s’en prend au système d’enseignement qu’il juge archaïque. À sa manière, ses pistes de réforme annoncent la Révolution tranquille : la liberté, la qualité de la langue, la culture et l’excellence. Ce livre est vendu à 130 000 copies dès les six premiers mois de parution, dont 17 000 au cours des dix premiers jours de vente. C’est sans compter les 15 000 autres exemplaires en anglais.

Il y a donc un vaste mouvement de contestation au tournant des années 1960 qui atteint un large public en soif de références, de porte-paroles ou de mentors en dehors comme au sein de l’institution de l’Église catholique tel Jean-Paul Desbiens, né en 1927 et décédé le 23 juillet 2006.

Lionel Groulx

Avant Jean-Paul Desbiens, Lionel Groulx, né en 1879 et décédé en 1967 à Vaudreuil, est considéré par certains comme un précurseur de la Révolution tranquille.

Selon Wikipédia, « Tous s’entendent cependant sur le fait qu’il est, avec Henri Bourassa, la figure intellectuelle la plus marquante du nationalisme canadien-français dans la première moitié du xxe siècle. »

Je suis d’avis qu’il y avait, comme cela existe encore de nos jours, des cléricaux réfractaires au cléricalisme. Des voix se sont levées dans l’histoire de l’Église pour dénoncer l’autoritarisme religieux et exiger des réformes. L’exemple de François d’Assise l’illustre bien. La Réforme protestante inspirée par le moine allemand Martin Luther, au-delà du schisme qui en a résulté, avait pour but de dénoncer les abus de l’Église de son temps.

À la guerre comme à la guerre

Lors d’un conflit, on utilise les armes disponibles. Une guerre d’un autre genre a suivi celle de la Seconde Guerre mondiale 39-45. Les armes utilisées avaient un point commun; la première avait pour objectif de libérer l’Europe du nazisme, la seconde a libéré la parole grâce à la dénonciation poétique, l’écrit acerbe, les chansons scandaleuses et l’humour cinglant. Le développement des moyens de communication tel que la radio, la télévision et les enregistrements sonores ont contribué à répandre ce vent de contestation.

Auteur : Serge St-Arneault

Le vent souffle où il veut (Jean 3,8)

Le vent est un thème biblique très important. Il s’associe au souffle créateur qui donne vie : « le Seigneur tient dans sa main l’âme de tout vivant et le souffle de toute créature, » (Job, 12,10). Mourir, c’est rendre l’esprit, ne plus avoir de souffle (Jean 19,30). « Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. » (Jean 3,8)

Le vent de la liberté est porteur de vie, de créativité. Ce vent anime les cœurs et les esprits. Le vent de protestation, de revendication et de dénonciation qui a si profondément marqué l’époque de l’après-guerre est une œuvre collective que nul ne sait précisément d’où il vient et où il va.

Je suis d’avis que les Borduas, Brassens, Leclerc et les Cyniques, bien au-delà de leurs sarcasmes contre les curés, ou plutôt les cléricaux, quelque chose de précieux, inspiré par Dieu, émanait de leur humour cinglant. Le public qui est encore transporté par leur humanisme en est la preuve.

Les règles sclérosées, idéologiques ou religieuses, ainsi que les abus de pouvoir ne résistent pas à l’épreuve du temps. Un vent de libération continue sans cesse de souffler qu’aucune force répressive ne peut arrêter. C’est mon espoir que l’Église catholique saisira l’opportunité qui lui est offerte maintenant pour se laisser elle-même inspirée par l’humanisme de ceux et celles qui l’ont contesté.

Ma Révolution tranquille

Par Serge St-Arneault

J’ai déjà abordé le thème de la Révolution tranquille dans mes précédents articles. J’aimerais y revenir pour une raison bien simple. Ce moment historique charnière du Québec a été un raz-de-marée ravageur au niveau des valeurs traditionnelles et de l’identité du Canadien français qui, selon le cinéaste Jacques Godbout, par prudence, ne prenait aucun risque sans demander une permission à son évêque ou son curé.

Une série de trois émissions radiophoniques sur la première chaîne de Radio-Canada intitulée Cyniques, méchante révolution m’a permis de mieux comprendre ce qui s’est passé. Né en 1955, j’étais assez grand pour assister aux messes en latin, interrompues en 1965, mais trop jeune pour véritablement mesurer l’ampleur de la transformation sociale qui se tramait. La Tuque, où j’ai grandi, était en périphérie du mouvement enclenché à Montréal.

Les Cyniques ont joué un important rôle dans le processus de la Révolution tranquille. Quatre jeunes hommes, âgés de 18 et 21 ans, Marc Laurendeau, Marcel Saint-Germain, Serge Grenier et André Dubois ont contribué à la transformation sociale du Québec par leur humour satirique et leur irrévérence envers la religion.

La grande noirceur

Selon Marc Laurendeau, « la grande noirceur n’est pas un mythe, elle a existé. C’était une lourde censure. Il y avait une entente implicite entre l’Église et l’État à cette époque qui est devenue explicite sous Duplessis. Il y avait une chape de plomb qui pesait sur le Québec. On n’imaginait pas l’évolution des institutions. »

L’élection du Parti Libéral du Québec de Jean Lesage le 22 juin 1960 a été un moment déterminant. Selon Serge Grenier, « l’année 1960 est une année magique. La société venait de se libérer d’un carcan tellement serré, tellement étouffant, qui nous amenait à être très critique de l’époque de nos parents et nos grands-parents avaient connu. Et de la mainmise de l’Église Catholique sur la société. »

Le clergé

Selon André Dubois, « on était pris avec l’esprit catholique romain. Dès le départ, on s’est moqué des institutions. L’institution la plus difficile, la plus haïssable à l’époque, celle qu’il fallait absolument détruire, c’était le clergé. Il fallait que le clergé perde tout ce qu’il avait d’influence. »

Ces paroles peuvent paraître sévères. Il faut se remettre dans le contexte de l’époque pour bien comprendre les sentiments cachés qui assombrissaient la vie de beaucoup de gens, particulièrement les intellectuels. Songeons à cet égard au manifeste du « Refus global » signé par seize membres de la communauté artistique québécoise et publié secrètement en 1948 par Paul-Émile Borduas.

L’un des plus grands dramaturges du Québec, Marcel Dubé, a bien exprimé l’état d’esprit de cette époque dans un texte dédié aux Cyniques. « Chers Cyniques, vous avez mis dix ans de moins (que moi) à comprendre quelle entreprise charitable et courageuse est la vôtre qui consiste à jouer les iconoclastes chaque soir, à venger et à faire rire les victimes innombrables de l’interminable siècle de mirage, de superstition, d’une longue tradition d’abrutissement collectif, d’affaissement national, de soumission honteuse, à une politique et à une religion de bandits et de charlatans. Voilà ce dont je voulais me confesser, d’avoir ri et applaudi et crié bravo à plusieurs reprises à vos blagues mordantes, à vos sacrilèges, à vos calembours, à vos caricatures impitoyables … »

Les années 1970

Selon Gilbert Rozon, « en 1966, ça a été un tournant, on est passé d’hyper croyants au doute total. Et les Cyniques sont arrivés avec un humour qui ramassait tout ça. » Puis, « en 1969, aux dires de Marc Laurendeau, les gags sur le clergé, les parodies sur le cardinal (Léger) ne faisaient plus rire. Les statues avaient été déboulonnées et les tabous avaient été défoncés. Ce n’était plus le sujet du jour. On accompagnait le changement (social) qui se produisait vraiment. On accompagnait la montée du nationalisme. »

Je terminais mes études secondaires à La Tuque au moment où les Cyniques étaient à leur apogée, visibles sur les écrans de télévision. Ce n’est qu’en arrivant à Trois-Rivières pour mes études collégiales en 1972 que j’ai commencé à réaliser ce qui s’était passé.

Une forme de rage contre l’Église s’estompait progressivement. J’ai eu le sentiment que cette rage avait cessé en 1975 lorsque je terminais mes études en théologie à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Janvier 1972 : Une comédie musicale, le film IXE 13

Mettant en vedette les Cyniques, le film IXE 13, une parodie de comédie musicale caricaturant un aventurier et modèle traditionnel du Canadien français, était, selon le cinéaste Jacques Godbout, « la quintessence de la Révolution tranquille. »

Dans le cadre du scénario, les ennemis d’IXE 13 cherchaient à éliminer non seulement cet as des espions canadiens, mais aussi le ‘Canada-Français’. Ce film remettait en question la soumission du peuple à une « Église qui prend en charge l’histoire. » Il est possible de visionner ce film sur YouTube et sur le site de l’Office National du Film du Canada.

Je me rappelle très bien avoir découvert au sous-sol de notre maison de vieux magazines des péripéties de l’agent IXE 13 que mon père avait rangé. L’auteur, Pierre (Saurel) Daignault a écrit, entre 1947, alors âgé de 22 ans, et 1967, un total impressionnant de 934 épisodes sous forme de fascicules de 32 pages de ce héros des services secrets.

À la même époque en Irlande et en Angleterre

Nous n’étions pas les seuls à provoquer l’indignation en mettant en avant l’hypocrisie politique et en faisant preuve de mépris pour l’autorité religieuse. Le comédien irlandais, satiriste et acteur Dave Allen, de son vrai nom David Tynan O’Mahony, presque du même âge que le quatuor des Cyniques, ne cachait pas son scepticisme religieux. Il se déclarait être un athée pratiquant.

Selon Wikipédia, « son scepticisme est venu en raison de ses objections profondément ancrées à la rigidité de sa scolarité catholique. Par conséquent, la religion est devenue un sujet important pour son humour, en particulier l’Église Catholique et l’Église d’Angleterre, se moquant généralement des coutumes et des rituels de l’Église plutôt que des croyances. »

Tard en soirée, j’écoutais les émissions de Dave Allen sur le seul poste de télévision anglophone que nous captions à La Tuque. Pourquoi une telle attraction? Tout comme les sacres en public introduits par les Cyniques dans leurs spectacles, ces provocations s’avéraient être une forme de défoulement.

Entre 1985 et 1987, j’ai eu la chance, pendant mes études à Londres, en Angleterre, d’assister à un show de Dave Allen. La salle de spectacle était bondée. J’ai acheté un billet à l’entrée. Comme à la télévision, la mise en scène se résumait à une simple chaise haute. Bref, mes attentes étaient grandes. Mais, j’ai été déçu. Je n’étais pas le seul. La moitié de l’assistance est partie à l’entracte. Cela m’a permis de trouver un meilleur siège. Ses gags n’avaient plus de punch. Il a terminé son spectacle avec les mêmes mots utilisés à la fin de ses émissions télévisées : « Bonne nuit, merci et que votre Dieu vous accompagne. »

Ce soir-là, vu l’heure tardive, j’ai raté le dernier bus à la sortie du métro et j’ai dû marcher les derniers kilomètres pour me rendre au Collège St-Édouard situé dans la couronne verte de Totteridge au nord de Londres où j’habitais.

Le Collège Sainte-Marie de Montréal

L’Église Catholique a péché par son succès, me semble-t-il. Le Collège Sainte-Marie de Montréal, par exemple, fondé en 1848 par les Jésuites pour les catholiques francophones a joué un rôle important auprès d’une élite francophone. La liste est longue de journalistes, écrivains, politiciens, philosophes, historiens, musiciens, avocats, physiciens, éditeurs, ingénieurs, hommes d’affaires, poètes, professeurs et financiers qui sont tributaires de ce collège pour leur carrière.

Beaucoup d’autres lieux d’enseignement ont joué un rôle similaire comme celui du Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières.

En plus des Cyniques, l’année académique 1960-1961 a accueilli au Collège Sainte-Marie d’autres remarquables étudiants tels que l’artiste et compositeur Stéphane Venne, le compositeur musical François Cousineau, l’auteur-compositeur-interprète et animateur de télévision Pierre Letourneau. Une dizaine d’années plus tôt, le dramaturge et scénariste Marcel Dubé a lui aussi étudié au même endroit.

À cette époque, venant d’autres collèges, on peut également nommer l’avocat, professeur et homme politique québécois Bernard Landry, l’homme politique, économiste et avocat Pierre Marois, le réalisateur, scénariste, acteur et producteur de films québécois Denis Arcand, le producteur, réalisateur, scénariste Denis Héroux.

Que reste-t-il du Collège Sainte-Marie ?

Rien! Le collège a été détruit en 1976 après avoir été une constituante fondatrice de l’Université du Québec à Montréal. Un puissant symbole de ladite ‘grande noirceur’ a disparu en même temps que les professeurs, majoritairement Jésuites.

Jadis construit sur le flanc sud de l’église du Gesù, l’espace est resté vacant pendant de nombreuses années. Une nouvelle construction est en voie d’être achevée. Situé au 405-425 René-Lévesque Ouest, un projet locatif de deux tours de 36 et 45 étages devrait compter à terme pas moins de 829 unités en location.

Rigidité ou rigueur ?

Les humoristes ont dénoncé une lourde censure, une chape de plomb, un carcan serré, étouffant, la mainmise de l’Église Catholique sur la société, le clergé, une religion de bandits et de charlatans. L’objection principale était la rigidité de la scolarité catholique au Québec comme en Irlande.

Mais, n’y a-t-il pas ici une confusion ? S’agissait-il d’une rigidité opprimante ou d’une époque où la rigueur était de mise, dans tous les domaines de la société, pour contraindre le marasme économique; une époque que les historiens comme Éric Bédard appellent ‘la survivance’ ?

Conclusion

Ma longue réflexion m’incline à penser que la désacralisation par l’humour sarcastique des Cyniques, comme de David Allen, a été le catalyseur du mouvement laïque si chère aux Québécois d’aujourd’hui. Le débat identitaire, si âprement débattu depuis quelques décennies, tire sa source d’une rébellion contre une autre entité qui était perçue comme opprimante, manipulatrice et contrôlante; celle de l’institution de l’Église Catholique Romaine.

C’est une réussite; la déconfessionnalisation du système de l’éducation est un fait accompli, la voix des évêques n’est presque plus relayée par les médias, si ce n’est que pour dénoncer les scandales, le clergé vieillissant et sans relève n’a plus d’influence et la séparation de l’Église et de l’État a été renforcée par la Loi 21 sur la laïcité de l’État du 19 juin 2019.

À mon avis, nous devrions remercier Dieu pour cette évolution. Une opportunité extraordinaire est offerte aujourd’hui à l’institution de l’Église Catholique. Celle-ci peut se concentrer sur sa mission fondamentale qui est de vivre, proclamer et partager l’Évangile de Jésus-Christ. L’Église Catholique a une place, sa place, comme les autres Églises ou religions, au sein d’une société pluraliste et interculturelle.

Il me semble que nous pourrions cheminer plus loin en nous réconciliant avec notre passé de ‘Canadiens français’, ce qui lui appartient de bon et de moins bon. L’exemple du long chemin de réconciliation que notre pays a entrepris avec les communautés des Premières Nations est un exemple à appliquer avec notre Église ‘mère’ sans laquelle nous ne serions pas ici pour en discuter en français.

Les temps changent

Par Serge St-Arneault, M.Afr, 28 décembre 2021

Notre récente évolution sociale

Je vous parle d’un temps que les moins de 60 ans ne connaissent pas. Ma génération dite des bébés boomers a vécu la fin d’une époque; celle d’une société canadienne-française tricotée serrée peuplée de familles nombreuses, catholiques et francophones. Jusqu’à mes dix ans, la messe était célébrée en latin. Les prières enrobaient mystérieusement un sens du sacré sous le regard d’un Dieu omniprésent. La peur de tomber dans le péché ainsi que les lois et obligations de l’Église permettaient de tracer un chemin menant au salut. Il s’agissait de suivre le courant.

Cimetière et, au loin, l’église de Saint-Adelphe

Or, ce courant a brusquement changé de direction au tournant de ladite Révolution tranquille du Québec. Mes neveux et nièces n’ont aucune expérience de cette époque. La rupture est réelle et normale. Les liens si importants avec les membres de la parenté au village ancestral de Saint-Adelphe ne sont plus possibles. Sauf quelques cousines et cousins, la majorité de cette parenté est enterrée au cimetière du village.

Un vieil immeuble qui se lézarde

La pratique religieuse, jadis si importante, s’est drastiquement effondrée. Depuis bientôt deux ans, les mesures sanitaires provoquées par la pandémie de la Covid-19 ont pour effet de réduire encore davantage le nombre de croyants qui persistaient à se rendre à l’église. La foi chrétienne semble être comme un vieil immeuble qui se lézarde avant de tomber. À cela s’ajoute le silence médiatique de la structure pyramidale de l’Église que, de toute façon, personne n’écoute.

Le monde a changé

Selon le père Joseph De Mijolla, prêtre français de 83 ans; « Nous sommes dans une extension de science et de technique qui n’en finit pas et qui est irréversible. (…) Ce à quoi nous assistons aujourd’hui n’est pas seulement le résultat d’un renouvellement générationnel, mais d’un basculement civilisationnel et anthropologique sans précédent. »

Dans une large mesure, il en est de même au Québec. De plus, la technologie numérique annonce l’éclosion d’un monde parallèle visuel qui occupera de plus en plus notre quotidien. Bientôt, il nous sera possible de créer des personnages numériques dont la réalité dite augmentée rivalisera avec nos cinq sens grâce à une réalité virtuelle ultraréaliste. Préparez-vous, le métavers1 s’en vient!

Le changement déstabilisateur

Les structures qui défient l’épreuve du temps sont celles qui parviennent à s’adapter, à innover, à se réinventer. Tout est constamment en évolution même au sein d’une tradition millénaire. Nous devons alors distinguer l’essentiel de l’accessoire. La messe en latin a fait place aux langues vernaculaires. Ce changement, fruit du Concile Vatican II, a permis l’accessibilité de la parole de Dieu, de l’Évangile, à des millions de croyants. Le carcan d’un rituel liturgique immuable a laissé place à une éclosion extraordinaire de nouveaux chants et expressions rituelles plus significatives. Je le sais pour l’avoir vécu en Afrique, tout particulièrement en République Démocratique du Congo.

Ces changements n’enlèvent pourtant rien à l’essentiel du rituel de la célébration eucharistique. Or, un certain nombre, attaché à la tradition, a joint des mouvements plus conservateurs tel que les catholiques lefebvristes. D’autres, les plus nombreux, ont carrément quitté le bateau pour voguer sur d’autres océans de l’éventail spirituel mondial ou, tout simplement, décidé d’être seuls à bord.

L’inévitabilité des changements

L’accélération des changements des récentes décennies n’est que le prélude de changements plus importants en gestation. Notre écosystème planétaire est aux abois. Les changements climatiques se font de plus en plus sentir; inondations, feu de forêt, tornades, etc. Des populations entières sont en mouvement migratoire pour fuir l’oppression, la guerre, la pauvreté.

La pression exercée de ces mouvements migratoires sur les pays plus nantis, comme le nôtre, provoque des réactions défensives dont carbure un nationalisme étroit d’extrême droite. La polarisation des opinions, particulièrement politiques, s’accentue, particulièrement aux États-Unis. Cela n’augure rien de pacifique.

Un renouveau spirituel est possible

Je demeure néanmoins persuadé que l’Église Catholique peut encore être pertinente dans notre monde malgré les crises qui mine sa crédibilité depuis quelques décennies. Même si des voix discordantes se font entendre en son sein, la route du renouveau est tracée sous le leadership du pape François.

En effet, ayant appris que tout vient du Père et que tout nous est donné en son Fils Jésus, l’Esprit Saint continu de nous inspirer pour mieux partager la joie de notre foi chrétienne et à constamment la redécouvrir.

Notre attention ne se tourne pas vers la structure millénaire de l’Église, mais vers le message initial de Jésus, l’homme de Nazareth. L’Église restera l’Église de Dieu tant et aussi longtemps qu’elle proclamera humblement le message révolutionnaire de l’Évangile.

Selon le père Joseph De Mijolla, « nous avons besoin non seulement de la foi, mais de folle spontanéité dans la foi, d’inventivité dans la foi, dans les mots, les actes, les gestes, les images, les silences, l’amour et le respect… La spontanéité délicate de l’Esprit Saint. »

Conclusion

J’ai été ordonné prêtre en 1987 après quelques années d’études en Angleterre. L’ouverture à l’internationalité est ce que je cherchais et c’est ce que j’ai expérimenté au sein de la Société des Missionnaires d’Afrique. Nous sommes une famille spirituelle issue de la vision du Cardinal Lavigerie, archevêque de Cartage et d’Alger à la fin du XIXe siècle. Infiniment reconnaissant de cet héritage, j’ai la ferme conviction que mon sacerdoce repose avant tout sur mon désir de vivre mon appel missionnaire en fidélité avec le message de Jésus. Les Missionnaires d’Afrique me donne l’encadrement nécessaire pour réaliser ma vocation. Grand merci!

Nous avons tous besoin d’être structuré ou encadré en tant que société et individu. C’est le propre de l’évolution socio-économique des peuples. Malheureusement, il peut arriver qu’une structure sombre dans des formes d’aliénation. Cela peut être le cas de régimes politiques, économiques, culturels, familiaux ou religieux. Il faut alors avoir le courage de les condamner et de proposer des alternatives. Rien ne doit être figé dans le béton. C’est à ce niveau que la foi chrétienne est inconfortable, même au cœur de la vie de l’Église structurée. Elle se doit d’être en perpétuelle réformation.

Qui sait? D’ici quelques années, certains de nos rassemblements dominicaux se feront sur le métavers où il sera possible de se retrouver dans une immense salle virtuelle pour célébrer la messe. De la même manière que nous recevons en temps réel la bénédiction papale urbi et ordi2, la pandémie nous a appris qu’il est possible de communier spirituellement au corps du Christ en suivant la messe sur un écran de télévision. La foi se doit d’être inventive. Ayons confiance!

Dernière remarque

Nous n’avons pas célébré la fête de Noël en famille cette année, pandémie oblige. Les décorations, normalement si abondantes, ont pratiquement disparu, sinon incontestablement diminuées, surtout devant les maisons et le long des rues. Les églises sont restées vides. Nous sommes loin des Noëls de mon enfance. L’ambiance n’y est plus, ou presque. Les baby-boomers se font vieux et c’est tant mieux. La frénésie des cadeaux s’est atténuée. Les pères Noël de rouge vêtu rient jaune, eux qui prenaient tout l’espace visuel au détriment de l’enfant de la crèche. La fête de Noël a enfin une chance de redevenir spirituellement significative. C’est mon espoir! Et vous?

  1. Le «métavers» (contraction de méta-univers, «metaverse» en anglais), est une sorte de doublure numérique du monde physique, accessible via internet. Ce concept, qui n’en est qu’à ses balbutiements, doit permettre de se libérer des contraintes physiques en multipliant les interactions humaines via la 3D.
  2. Une bénédiction urbi et orbi est une bénédiction solennelle, prononcée par le pape à certaines occasions religieuses importantes du culte catholique, spécialement les jours de Pâques et de Noël. Elle est précédée d’un message et assortie d’une indulgence plénière. Dans la pratique actuelle, elle est prononcée depuis le balcon de la basilique Saint-Pierre, dans l’État du Vatican.

AUTRES LIENS :

QU’EST-CE QU’ON EST VENU FAIRE ICITTE?

Gérard Bouchard, 31 décembre 2021

Historien, sociologue, écrivain, Gérard Bouchard enseigne à l’Université du Québec à Chicoutimi dans les programmes d’histoire, de sociologie/anthropologie, de science politique et de coopération internationale. Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les imaginaires collectifs.

JULIE JAMMOT, AGENCE FRANCE-PRESSE, La Presse, 7 janvier 2022

(Las Vegas) « Qu’est-ce que le métavers sans les sensations ? C’est juste des avatars », lance José Fuertes, dont la veste haptique, garnie de capteurs, permet de sentir aussi bien les câlins que les coups de poing en réalité virtuelle.

De quel paradoxe les Québécois sont-ils champions?

Par Serge St-Arneault

Extraits d’un texte d’opinion de Denise Bombardier publié dans le Journal de Montréal le 5 février 2021; Les Québécois, champions du paradoxe :

Les Québécois sont de sacrés farceurs. Ils aiment se présenter comme un peuple jovial. Ils s’affichent différents des autres et ils sont les champions du paradoxe et de la contradiction.

Ils utilisent un vocabulaire différent de celui des francophones de la planète. Quand une chose leur plaît, ils s’écrient : « C’est pas pire pantoute ». Devant une belle femme, ils déclarent : « Est pas laide ». En hiver, à -30 °C, ils affirment : « Ça s’endure ». Devant une femme qui les attire physiquement, nombre d’hommes murmurent, un sourire en coin : « J’y f’rais pas mal ! ». « M’aimes-tu ? » répètent les Québécoises sentimentales. « Je t’haïs pas », ont tendance à suggérer les chéris. (…)

D’ailleurs, l’on peut même se demander si cette pandémie ne sera pas libératrice de cette tendance québécoise à chercher à atténuer la réalité ou à refuser de l’affronter. À se faire des accroires, comme disaient nos ancêtres. (…)

Or, l’utopie québécoise est à repenser, car nous ne pouvons plus tergiverser sans risque d’y perdre définitivement notre identité. 

Mon opinion sur ces affirmations

D’après Denise Bombardier, nous avons tendance à atténuer la réalité ou à refuser de l’affronter. Je me reconnais dans cette attitude. Là où ça se complique, c’est de dire que nous risquons de perdre notre identité en tergiversant de repenser notre « utopie québécoise ». En effet, notre perpétuelle crise identitaire est intimement liée à notre histoire, elle-même confrontée à l’altérité.

Citant le sociologue Marcel Rioux, Gilles Bibeau[i] relève que; « … les sociétés répondent toutes, et le Québec ne fait pas ici exception, par une double stratégie lorsqu’elles sont confrontées à l’altérité. D’un côté, la construction de l’identité se fait par renforcement de l’héritage reçu, répétition de l’identique et « retour sur soi » dans une quête des racines, une voie que le Québec a empruntée spontanément chaque fois qu’il s’est senti menacé. De l’autre, l’identification se fait par rapprochement, parfois par métissage, avec l’étranger, par emprunt au monde du voisin et par colmatage des écarts entre soi et les autres, une voie que le Québec a surtout privilégiée, selon Rioux, au temps de l’origine quand il s’est constitué en tant que société coloniale vivant des alliances avec les Premières Nations (page 326).

Thème largement utilisé par les historiens québécois et récemment repris par Éric Bédard[ii], la « survivance » de notre nation semble réapparaître depuis la défaite du référendum de 1995. N’est-ce pas là le propre de notre identité depuis l’arrivée de Jacques Cartier en 1534?

 Nos ancêtres ont vraisemblablement atténué la dure réalité dès leur arrivée dans leur Nouveau Monde pour tenir le coup, pour « survivre ». Peu nombreux pendant tout le XVIIe siècle, ils ont néanmoins parcouru de vastes territoires. La dure réalité a toujours fait partie de leur quotidien. La conquête anglaise a ajouté un surplus de précarité collective. Denise Bombardier se limite à 1759, mais l’échec de la rébellion de 1837 a aussi causé un profond traumatisme collectif. Je ne m’étonne pas que nous ayons ainsi développé un goût pour atténuer la dureté de la vie avec une expression comme; « ça va pas pire! » au lieu de dire « ça va mal! ». D’ailleurs, dès le début de la pandémie de la Covid-19, ne disait-on pas;  « Ça va bien aller! »? Il y a une année de cela. À vrai dire, c’est un mécanisme de défense pour toutes les personnes menacées, marginalisées, colonisées.

À propos, j’ai demandé un jour à un Zaïrois, lorsque j’étais à Gety au début des années 90, comment il allait. « Ça semble aller », a-t-il répondu pour atténuer la dure réalité. En effet, le pays traversait une période de révoltes populaires, d’anarchie et l’écroulement du Mouvement Populaire de la Révolution, Parti unique instauré par le Président Mobutu Sese Seco Kuku Mbengu Wa Za Banga en 1965 qui sera d’ailleurs renversé en 1997. J’ai alors osé ajouter la question; « Comment ça semble aller? ». « En quelque sorte » fut sa réponse.

Et maintenant, après une année de distanciation sociale et de confinement, comment allons-nous? Le 23 janvier dernier, notre premier ministre François Legault a déclaré que « Ça va aller mal avant d’aller mieux… ». Changement de ton évocateur d’une lutte à mener pour vaincre.

Affronter la réalité

Je diffère d’opinion par rapport à celle de Denise Bombardier sur un point. Nous n’avons pas refusé collectivement d’affronter la réalité. Nous avons simplement choisi les armes de combat approprié pour gagner : alliances avec les Autochtones, adaptation, ténacité, endurance, détermination, débrouillardise, ingéniosité, autosuffisance, humour, solidarité et le slogan « on va les avoir les Anglais! »

C’est un peu comme la tragique histoire des Chewa du Malawi. Vers 1840, ils ont été envahis par les guerriers Ngoni d’Afrique du Sud, de loin plus combattifs et physiquement supérieurs. Les ‘petits’ Chewa ont capitulé devant l’ampleur de l’envahisseur. Mais ils ont gagné à l’usure, avec le temps. Les épouses Chewa des guerriers Ngoni ont assuré la transmission de l’identité culturelle chewa à leurs enfants. Les Ngoni n’ont conservé que quelques pas de danse de leurs lointains ancêtres et les grandes plumes d’autruche de leurs apparats.

Selon Gilles Bibeau, citant l’écrivaine nigériane Chimanmanda Ngozi Adichie dans Le Danger d’une histoire unique (2009), pour que nous puissions nous libérer de la partialité attachée à l’« histoire unique », nous devrions prendre au sérieux l’idée que l’histoire est faite, partout, d’un empilement hétérogène de versions du passé et qu’il faut s’efforcer de les conjuguer si l’on veut s’approcher de la  réalité et en dire toute sa complexité. Plus qu’un musée où le passé serait restitué à travers des vitrines ordonnant et classant les événements, l’histoire est, ou devrait être, une science du changement (page 328).

Que dire de plus à Denise Bombardier?

Il y a des lieux, des moments particuliers de nos vies personnelles et collectives où l’affrontement doit se faire en atténuant (rendant moins dramatique) la dureté de la réalité. C’est une question de survie. Collectivement, à ce niveau, nous sommes bons! En période d’incertitude, le réflexe de la survivance devient notre salut. Il y a une dimension eschatologique dans cette attitude; notre endurance est promesse de victoire. Ainsi donc, atténuer la réalité ne signifie pas de refuser de l’affronter.

En effet, selon Denise Bombardier : Un sondage pancanadien de l’institut Angus Reid sur la crise de la COVID-19, publié hier dans La Presse, indique que les Québécois, avec le nombre le plus élevé de décès au Canada, estiment à hauteur de 51 % que 2020 était difficile, alors qu’au Canada anglais, ils sont 63 % à l’avoir trouvée difficile.

Or, en ce qui a trait à cette promesse de victoire, ne pourrions-nous pas en dire autant pour les Chewa du Malawi, des Autochtones du Québec et des Amériques ainsi que d’innombrables autres nations en état de « survivance »? Vivement la venue d’une science du changement.

Mise au point au sujet de l’allusion de Denise Bombardier à la Révolution tranquille!

Nous avons inventé l’expression « révolution tranquille[iii] », dit-elle, une contradiction dans les termes comme on l’a toujours pratiquée. 

Pour être plus exact, ‘nous’ n’avons pas inventé cette expression. Selon Jean-Philippe Warren[iv], sociologue et professeur à l’Université Concordia[v]; la désignation anglaise (« quiet revolution ») des premières années du gouvernement libéral (de Jean Lesage) a été rapidement récupérée par les politiciens, les journalistes et les intellectuels de langue française, ce qui en solidifia les assises dans l’imaginaire collectif. 

Ce qu’il faut réaliser, c’est que la « quiet revolution » du Québec faisait écho à toute une série de tentatives de relèvement national de par le monde. Ce qui se passait au Québec, sans être la règle, n’était pas l’exception non plus. Les réformes du gouvernement libéral provincial prenaient place dans un contexte de bouleversement planétaire. Les années soixante ont en effet correspondu un peu partout à une période de profonde remise en cause des anciennes manières de faire dans les sphères politiques, économiques et culturelles.

René Lévesque parlait d’« accélération de l’histoire » et André Laurendeau d’« évolution rapide ». Les Québécois n’ont fait que récupérer pour eux-mêmes un concept qui était dans l’air du temps et qui servait déjà à qualifier toute une pléiade de plans de réformes en Asie, en Afrique et en Amérique latine. 

Conclusion

Denise Bombardier affirme que les Québécois sont champions du paradoxe. En effet, nous sommes des êtres paradoxaux « à condition d’ajouter qu’il s’agit là d’une stratégie typique de survie que tendent à développer les personnes et les sociétés lorsqu’elles sont confrontées à des situations de marginalisation, exclusion, rejet. En un mot, lorsqu’elles sont en situation d’infériorité, de subalternité. Le contenu à donner au mot « paradoxe » ne serait donc pas celui que lui donne Madame Bombardier. On gagne davantage à vouloir être deux choses en même temps  – Yvon Deschamps ne disait-il pas qu’on rêve d’un Canada fort dans un Québec libre ? Les Québécois peuvent en effet être des nationalistes sans rejeter le modèle fédéraliste. En étant les deux, on gagne toujours[vi] ».

Pour gagner un combat, il faut parfois atténuer la réalité grâce à une attitude dite de « survivance ». Certes, celle-ci peut déjà paraître une forme de défaite. Cependant, elle recèle une victoire engendrée par l’endurance ou une ténacité insoupçonnée. Se projeter vers l’espoir d’une vie meilleure, malgré la dure réalité, même la mort, est un gage de réussite. Celle-ci, accompagnée par la foi, en soi et en Dieu, nous oriente vers d’infinis horizons.


[i] Gilles Bibeau, Les Autochtones, la part effacée du Québec, Mémoire d’encrier, novembre 2020, 358 pages.

[ii] Éric Bédard, Survivance, Histoire et mémoire du XIXe siècle canadien-français, Les Éditions du Boréal, septembre 2017, 238 pages.

[iii] Autre lien sur le thème de la Révolution tranquille : Serge St-Arneault, Enseignants : quelle est la source du problème dans le port de signes religieux?, article publié sur le blogue Espace Perso de Serge et diffusé sur Huffpost le 14 décembre 2018.

[iv] Que j’ai rencontré pour la première fois à Mua au Malawi vers les années 2003/2004, lui et sa petite famille en touristes et moi comme directeur adjoint du Centre Culturel Kungoni dirigé par Claude Boucher Chisale.

[v] HistoireEngagée.ca, Là où le présent rencontre le passé, ISSN 2562-7716, 14 septembre 2016.

[vi] Opinion personnelle partagée par Gilles Bibeau à la lecture de cet article.