Tag Archive: Médaille Assemblée nationale du Québec


Au nom du président de l’Assemblée nationale du Québec, nous souhaitons vous transmettre ces photographies prises à l’occasion de la : Commémoration du 30e anniversaire de la tragédie de l’École Polytechnique, Hôtel du Parlement, 5 décembre 2019.

L’Assemblée nationale est détentrice du droit d’auteur des photographies. Elle en autorise la diffusion uniquement lorsqu’il est fait mention: « Collection Assemblée nationale du Québec, Roch Théroux, photographe ».

Cordialement, Le Protocole

Lien : La Médaille de l’Assemblée nationale aux victimes de Polytechnique

December 6, 2019. It’s been 30 years since a gunman killed 14 women at Montreal’s École Polytechnique. On this National Day of Remembrance and Action on Violence Against Women, the attack is finally being officially recognized as an attack on feminists. Dan Spector explains how the day is being reclaimed.

Link: Vendredi 6 décembre 2019 à la Polytechnique – Présentation du livre « Ce jour-là. Par ce qu’elles étaient des femmes »

Philippe Vaillancourt

«La blessure sera toujours vive.» Le père Serge St-Arneault était de passage à Québec le 5 décembre pour prendre part à la remise à titre posthume de la Médaille de l’Assemblée nationale aux quatorze femmes assassinées à l’École Polytechnique le 6 décembre 1989. La sœur du père St-Arneault, Annie, fait partie des victimes.

«J’aurais préféré ne pas venir. Je le fais par amour pour ma sœur Annie. C’est tellement important de se rappeler et de mentionner le combat qu’on mène pour les femmes, notre lutte contre la violence», a-t-il indiqué avant la cérémonie.

Aujourd’hui directeur du Centre Afrika à Montréal, le prêtre originaire de La Tuque, membre des Missionnaires d’Afrique, a expliqué que son identité est en partie déterminée par cet événement tragique.

«Aujourd’hui, je ne suis pas simplement Serge, je suis devenu le ‘frère d’Annie St-Arneault’. Pour moi, que je le veuille ou non, il n’est pas et ne sera jamais question ‘de passer à autre chose!’. Cette nouvelle identité me colle à la peau», a-t-il confié.

Responsabilité commune

Selon lui, le 30e anniversaire de la tuerie permet de souligner à quel point la responsabilité de faire mémoire de ce moment de l’histoire du Québec incombe à l’ensemble de la société, puisqu’il continue d’avoir une portée collective. Trois décennies plus tard, il se réjouit de voir que l’on parvient à nommer franchement certaines réalités et que l’on qualifie la tuerie de «féminicide».

«Nos choix et notre détermination comme groupe social à lutter pour l’égalité hommes-femmes à tous les niveaux ont été, sont et seront encore inspirés par la tragédie de la Poly. D’où l’importance de préserver cette douloureuse mémoire», a-t-il souligné.

Ce devoir l’a notamment poussé à s’impliquer dans le dossier du contrôle des armes à feu et à faire partie de ceux qui réclament des améliorations aux lois canadiennes et québécoises. Un engagement qui lui notamment a permis de côtoyer d’autres personnes affectés par cette tragédie, dont Nathalie Provost, une survivante de l’attaque orchestrée par Marc Lépine, qui milite pour le contrôle des armes.

«J’assistais récemment à une présentation artistique et l’artiste m’a pris pour le père d’Annie. J’ai répondu que je suis son frère!», relate-t-il au sujet de sa sœur qui avait 23 ans lorsqu’elle a été tuée. «Ces filles ne vont jamais vieillir. Elles vont toujours rester ce qu’elles étaient au moment du drame. Pour nous, elles sont déjà dans une aura éternelle. Ça me fait de la peine. Je connais Nathalie Provost: quand je la vois, je peux imaginer ce que serait ma sœur. La blessure sera toujours vive, un manque c’est un manque.»

Il y a quelques jours, le père St-Arneault a rencontré pour la première fois Monique Lépine, la mère de Marc, qu’il a toujours considérée comme une «victime collatérale».

«Nous, les proches des victimes, étions solidaires avec elle, mais je n’avais jamais su comment la rejoindre. Lors du lancement de son livre le mois dernier, je me suis présenté comme le frère d’Annie. Elle m’a reconnu dans ma douleur. Et je l’ai reconnue dans son drame aussi. Elle comprenait ma douleur et je comprenais la sienne», a confié le prêtre.

Déclaration de l’assemblée des évêques du Québec

Le 2 décembre, l’Assemblée des évêques catholiques du Québec a publié une déclaration sur la violence envers les femmes et les personnes vulnérables. Le document, intitulé « Se souvenir pour mieux agir », a été préparé par son Conseil Église et société.

«Cette commémoration annuelle est l’occasion de prendre la mesure des violences que subissent encore les femmes, ainsi que de l’ampleur du travail d’éducation, de prévention et de réparation que l’on doit s’engager à poursuivre collectivement», y écrit-on.

L’AECQ se dit consciente que «notre Église a contribué à la violence subie par diverses personnes, ici et ailleurs», dont les agressions, les abus sexuels, les abus de pouvoir et les abus spirituels.

«Notre Église doit poursuivre l’analyse des causes de ces abus, son engagement en faveur de leur prévention et le développement de formes de réparation et de guérison», ajoute-t-elle. «Se souvenir de la violence faite aux femmes et aux personnes vulnérables devrait nous conduire à agir, afin de relever dans la dignité toutes celles et ceux qui souffrent, susciter l’espérance et ressusciter des relations de paix et d’unité.»

Différentes activités de commémoration se tiennent les 5 et 6 décembre à travers le Québec. À Montréal, un rassemblement public organisé par le Comité Mémoire, en collaboration avec la Ville de Montréal et Polytechnique Montréal, aura lieu à 17 h le vendredi 6 décembre au belvédère Kondiaronk. Le ciel sera éclairé de 14 faisceaux lumineux qui seront allumés à quelques secondes d’intervalle, à l’appel des noms des 14 victimes.

Je descends de l’autobus à la Gare du Palais de Québec tout juste après 11h00. Je mangue un croute, reçoit un appel téléphonique d’une journaliste et prends un taxi vers l’Assemblée nationale. Le tout  nouveau site d’accueil pour visiteurs a fière allure. Comme cela est devenu la règle un peu partout, la présence policière est visible partout.

Le service du protocole est déjà prêt à accueillir les membres des 14 victimes de la Poly. Une rotonde aux allures vaticanes ceinture une agora où sont projetées des images. La photo d’Annie apparaît au moment même où je regarde. Défile alors les photos des 13 autres ‘filles’, ainsi fréquemment appelées.

L’ascenseur nous mène alors aux bâtiments de l’Assemblée nationale. Je suis en avance et demande de pouvoir voir le fameux crucifix qui a été enlevé du mur du Salon Bleu. De fait, il y en a deux; celui de 1936 et celui de 1982 qui l’a remplacé. À vrai dire, personne ou presque n’en faisait cas jusqu’au jour où le crucifix a été récemment retiré, le deuxième quoi! L’ironie, c’est qu’ils sont maintenant réunit et plus visible que jamais auparavant. À ne pas manquer si vous visitez les lieux.

Une salle est spécialement aménagée pour les familles. Moment de retrouvailles. Manon Massé est la première parmi les chefs de partis politiques à venir nous saluer.

— « Tu n’as peut-être pas souvenir, mais c’est la deuxième fois que tu m’embrasses en public Manon.  Je t’ai apporté un petit cadeau; une copie du recueil de poésie d’Annie. »

Manon est émue.

Jacques Duchesneau est là aussi. Il me donne en primeur une copie du livre « Ce jour-là. Parce qu’elles étaient des femmes. » Le livre sera officiellement présenté vendredi matin le 6 décembre à la Poly. J’y serai!

La cérémonie de la remise des médailles a lieu au Salon rouge. À tour de rôle, le président de l’Assemblée nationale François Paradis, le premier ministre du Québec François Legault, le chef libéral Pierre Arcand, la cheffe de Québec Solidaire Manon Massé ainsi que le chef péquiste Pascal Bérubé ont livré leur message.

Au son d’un quatuor à corde (de fait, elles étaient trois), chaque famille a ensuite reçu une médaille de l’Assemblée nationale à titre posthume.  Finalement, une rose blanche a été déposée sur une table par tous les dignitaires présents et les membres de famille. En m’approchant de la table, j’ai levé la tête et revu la photo d’Annie projetée sur l’écran. J’ai alors embrassé la rose!

Il est 19h00. Je suis de retour à Montréal. J’ai hâte de montrer la médaille à maman, Sylvain et Lucie.