Archives du mot-clé Église St-Zéphirin

Voyage à La Tuque, 16 juillet 2021

J’étais à La Tuque hier pour présider la messe de funérailles de Madame Alvina Lefebvre, la maman de man chère amie Thérèse Moisan avec laquelle je participais aux activités pastorales à l’école secondaire. Épouse de feu Lionel Moisan, Alvina était âgée de 101 ans.

Il y a environ une quarantaine d’années, Madame Lefebvre a composé un texte en prévision de ses funérailles.

J’éprouve toujours une certaine émotion lorsque je retourne à La Tuque.

La route, grandement améliorée, la rivière St-Maurice, les montagnes et finalement la ville font jaillir en moi tant de souvenirs.

L’église St-Zéphirin est l’église mère. C’est un impressionnant édifice aux allures d’une cathédrale.

Enfant, j’allais généralement prier avec mes parents à l’église Marie-Médiatrice, démolie il y a quelques années. Mais, en famille, nous allions occasionnellement à l’église St-Zéphirin. Les statues accrochées sur les murs m’intimidaient.

Même aujourd’hui, cette église impose sa stature. Ses vitraux illustrant l’esprit missionnaire des Canadiens français, ses colonnes de marbre, son orgue Casavant, ses mosaïques, sa hauteur, tout cela illustre la foi de nos ancêtres qui construisaient avec une vision de mille ans. Aujourd’hui, nos autorités religieuses et politiques cherchent ensemble comment préserver ce lieu de culte déserté. Y verrons-nous un jour s’y installer la bibliothèque municipale?

J’ai profité de mon bref séjour à La Tuque pour me rendre au Lac St-Louis où se tenait jadis la renommée course à la nage des 24 heures qui attirait jusqu’à 30,000 visiteurs. Commencée en 1965, cette compétition de nage a cessé en 1982.

Il ne reste plus rien de cette époque si ce n’est que le réaménagement réduit de l’édifice, qu’on appelait Le 120, devenu maintenant le Centre Sakihikan, un centre d’ancrage culturel autochtone.

Tant qu’à lui, le Lac St-Louis est devenu un petit sanctuaire de pêche urbaine durant la belle saison.

La nature a repris sa place au lieu d’avoir un lac ceinturé de béton. Le chant des oiseaux est constant au côté des bernaches qui se promènent librement.

C’est maintenant votre tour de vous rendre à La Tuque.

Quelques photos supplémentaires et deux vidéos,
gracieuseté de Simon Pageau.