Célébration de Charles Cardinal Lavigerie notre fondateur

Par Julien Cormier, 26 novembre 2022

Charles Cardinal Lavigerie, « un géant de la mission », un homme qui « pensait globalement » et « passait à l’action localement » (Think globally, Act locally). Il était profondément engagé (et souvent en opposition) que ce soit dans l’Église ou dans la France politique de son temps.

Il n’avait pas que des amis… Imaginez : condamner ceux qui profitaient de la traite et de la mise en esclavage des Africains ! Imaginez : dire qu’un « bon catholique » français n’avait pas à être « royaliste » de droite mais pouvait être « républicain » de gauche.

Les Pères Blancs et les Sœurs Blanches n’ont jamais essayé de faire « canoniser » leur fondateur. Charles Lavigerie dépasse les clichés sur « la sainteté » (disons que comme Jésus de Nazareth, il provoquait les bien-pensants de son époque à la manière dont Dom Helder Camara, 100 ans plus tard, provoquait l’ordre social des dictateurs du Brésil).

Comme a dit une catholique américaine, Dorothy Day, combattante pour action sociale progressiste, à l’encontre des « bonnes manières » et des « bonnes paroles charitables » des évêques américains : « N’essayez pas de dire de moi que je suis une sainte… ce serait me marginaliser (me mettre sur la touche) ».

26 novembre, anniversaire du décès du Cardinal Charles Lavigerie (1825-1892), archevêque d’Alger et de Carthage, Primat d’Afrique, fondateur de la Société des Missionnaires d’Afrique qui comprend des prêtres et des frères (« Pères Blancs »), et de la Congrégation des Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d’Afrique (« Sœurs Blanches »).

Le 26 novembre 1892, le cardinal Lavigerie meurt dans sa résidence épiscopale de Saint-Eugène, à Alger. Il avait 67 ans. Autour de son lit de mort étaient réunis les représentants de toutes ses œuvres d’Afrique : entre autres, Mgr Livinhac et le Père Michel de Jérusalem, le P. Delattre et l’abbé Bombard représentant Carthage et Tunis, Mère Salomé, Supérieure des Sœurs Missionnaires de Notre Dame d’Afrique, le P. Buffet, supérieur des Jésuites d’Alger, en plus de son secrétaire et de son médecin.

Cette mort, immédiatement connue en France, puis dans le monde entier, prit les proportions d’un deuil national et universel. Le Pape Léon XIII, apprenant la triste nouvelle, leva les mains au ciel, et rappela tout ce que l’Église perdait dans ce grand homme : « Et moi, je sens ce que je perds. Ce cardinal Lavigerie, je l’aimais comme un frère, comme l’apôtre Pierre aimait son frère André. »

Dans son testament spirituel, après avoir rappelé son obéissance et dévouement pour le Pape, Lavigerie redit son amour pour l’Afrique. Il écrit ceci : « C’est à toi que je viens maintenant, ô ma chère Afrique ! Je t’ai tout sacrifié, il y a 17 ans, lorsque j’ai tout quitté pour me donner à ton service…

Fête des jubilaires 2022 à Montréal

En ce même jour du 26 novembre, deux Missionnaires d’Afrique ont souligné leur 60e anniversaire de serment missionnaire. Il s’agit des pères Jean-Louis Mathieu et de Gaëtan Thériault. Voici un extrait de leur parcourt de vie à l’occasion de leur fête jubilaire.

Bref parcours de Jean-Louis Mathieu : Ouganda de 1964 à 1970 = 6 ans. Haute-Volta (Burkina Faso en 1980) de 1977 à 2001 = 24 ans). Au Canada depuis 1999 à Ottawa et Montréal

Extrait d’une lettre écrite en Ouganda en janvier 1966 ; « Après quatre mois passés au centre de langues de Kisubi, je me suis dirigé allègrement, sur une motocyclette toute neuve vers Mwera, ma première paroisse. Là, j’ai pu y pratiquer le luganda à mon aise. C’est une langue harmonieuse que j’ai beaucoup aimé apprendre. »

Extrait d’une lettre écrite au Burkina Faso en 1977; « Un samedi après-midi vers 14h00, la sieste terminée, je lisais tranquillement sur la véranda de notre maison. Tout à coup, un vent violent se mit à souffler et en quelques minutes, l’horizon fut recouvert d’un voile opaque de poussière. Et la pluie – mon Dieu, la pluie que nous attendions depuis sept mois – s’est mise à tomber. J’en étais là à admirer la force de Dieu dans l’ouragan lorsqu’une tôle s’arracha du toit et piqua vers le sol, juste devant moi. D’autres suivirent, ce qui mit fin à ma contemplation. »

Bref parcours de Gaëtan Thériault : Irlande = Higher Diploma in Education en 1963. Ghana = étude la langue à Buri, professeur à Navrongo, puis à Wiagha, plus à Tamale (école secondaire pendant 10 ans). Sabbatique au Canada en 1981. Études au PISAI à Rome pendant deux ans. Nigéria = étude de la langue à Ibe-Ife, puis curé à Otan-Ayegbaju en 1985 en plus d’être secrétaire et professeur à Ipetu-Ijesha pendant 6 ans. À Oshogbo, curé et professeur à l’École des catéchistes jusqu’en 1997. En 1999, responsable pour le dialogue interreligieux à Montréal. En 2001, membre du conseil d’administration et conseiller au Service aux Immigrants du MRCI (Ministère des Relations Interculturelles du gouvernement au Québec), etc.

Comme une boucle, Gaëtan a commencé son ministère en éducation. Il a enseigné et étudié toute sa vie pour se retrouver de nouveau étudiant à l’UQAM à l’âge vénérable de 85 ans.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s