Il y a quelques années, ma cousine et grande amie Yolande St-Arneault nous accueillait chez elle à Ste-Thérèse, moi et Danielle. Je ne me rappelle plus exactement le contexte, mais, suite à nos échanges, Yolande nous déclara dans un élan de tendresse : « Je vous prends dans mes bras et je vous berce ».

La veille de Noël, je vous ai partagé le drame de la maman de Mercy, cette adolescente de 15 ans qui est probablement décédée de leucémie. « On peut penser, de me dire Danielle, que Yolande est présente pour consoler la maman et accueillir Mercy. » En effet, Yolande est morte le 27 mars 2014 d’un cancer. J’étais chez elle au moment de son décès.

Hier, Jean-Marie Nderere Mungu, un réfugier Rwandais vivant en Zambie depuis une quinzaine d’années, m’a invité chez lui pour célébrer le baptême de sa fille âgée maintenant de huit mois. La communauté rwandaise est assez nombreuse à Lusaka. Les années se sont écoulées et ces familles autrefois déplacées se sont intégrées dans la société zambienne. Jean-Marie est propriétaire de magasins d’articles d’art et de confection d’habits. Il a une boutique pas très loin de chez moi, au centre d’achat Crossroads à Woodlands.

─ « Comment te sens-tu d’être de nouveau papa à l’âge de 54 ans ? », lui ai-je demandé.

─ « Je me sens plus jeune ! »

Son épouse, d’une dizaine d’années de moins que lui, a enfantée après un intervalle de onze ans. Cela a été totalement inattendu et par moment inquiétant.

─ « Solange a eu des complications pendant sa grossesse due à son âge. J’ai beaucoup prié, mais elle a prié encore plus que moi. Je vous le dis, mon père, c’est notre foi en Jésus qui nous a soutenus. Voyez, l’enfant est en bonne santé, une belle petite fille. »

Les drames se transforment parfois en réjouissances. Sans oublier la précarité de la situation de réfugiés, Jean-Marie a une belle maison. Il a planté des arbres dans sa parcelle, dont des eucalyptus. Les plus grands enfants ont étudié. Le plus vieux a même obtenu son diplôme d’avocat.

Nous sommes une trentaine de personnes bavardant sous le feuillage des arbres. Il y a à boire et à manger. C’est une fête.

─ « Merci d’être venu en grand nombre partager notre joie. Cette année, la fête de Noël est plus belle que jamais puisque notre fille vient d’être baptisée aujourd’hui. »

Son discours se poursuit en anglais, en français et en kinyarwanda. Un peu disparate, mais émouvant ! Bougie à la main, le parrain prend aussi la parole au côté de la marraine et de Solange tenant l’enfant dans ses bras. Tout se fait en kinyarwanda, mais je comprends qu’il remercie Jésus. C’est un discours d’action de grâce.

─ « À propos, quel est le nom de la petite ? »

Jean-Marie me regarde avec un large sourire. Il prend sa fille dans ses bras et la berce.

─ « Elle s’appelle Yolanda ! »

Quelle belle tendresse ! Yolande nous berce encore !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.