Le trophé de la Coupe dAfrique des NationsLusaka, 16 février 2012

Qui l’avait imaginé? Même les Zambiens n’y rêvaient pas. Ils sont si habitués à se rendre tout au plus en demi-finale. Cette fois-ci, les Chipolopolos, c’est-à-dire les Boulets, de l’équipe nationale de football, ou soccer, ont emporté leur premier titre de champion de la coupe d’Afrique en battant la redoutable équipe des Éléphants de Côte-d’Ivoire par un barrage au but, après un match de deux heures sans pointage. Déjà, la demi-finale contre le Ghana avait fait naître un élan patriotique sans précédent. Les foules se sont alors précipitées dans les rues pour exprimer leur joie. Encore plus en fut-il après une angoissante attente pour atteindre la dernière minute de la finale. Huit balles, c’est-à-dire huit tirs au but, ont été nécessaires pour abattre l’Éléphant, au dire des commentateurs sportifs. L’explosion d’allégresse qui s’en est suivi a duré toute la nuit jusqu’au retour des héros le lendemain après-midi, en provenance du Gabon. Jamais n’a-t-on vu une foule si nombreuse à l’aéroport de Lusaka. Le débordement était incontrôlable, ou presque. La télévision nationale a télédiffusé en direct pendant toute la journée les différentes étapes du retour des joueurs.

Cette victoire est d’autant plus significative que c’est précisément à Libreville, au Gabon, que la presque totalité de l’équipe nationale zambienne de football avait connu une fin tragique dans un écrasement aérien le 27 avril 1993. Depuis cette date, jamais la sélection zambienne n’avait refoulé le sol gabonais. Symboliquement, les joueurs ont déposé des gerbes de fleurs sur le lieu de l’accident quelques jours seulement avant l’ultime confrontation contre la Côte d’Ivoire. Les dirigeants de l’équipe et l’entraineur, Hervé Renard, français, y ont vu un signe du destin. L’équipe actuelle allait conquérir le trophée en souvenir et au nom de ceux qui ont péri. Cela s’est effectivement réalisé le 12 février dernier.

Voilà mon nouveau chez moi ; la Zambie, que je découvre lentement. Autrefois situé en banlieue, notre maison est reliée à la ville grâce à un large boulevard boisé. De nombreux ronds-points, constamment pris d’assaut par le trafic automobile, facilitent les déplacements. Les nuits sont généralement assez calmes entrecoupées parfois par le bruit des véhicules nocturnes ou l’aboiement des chiens, dont les nôtres. Sécurité oblige, la propriété est ceinturée de murs. J’ai tant de choses à apprendre : la conduite automobile à Lusaka, la mentalité associée à la vie urbaine, la mixité des tribus que peuple ce pays : les Bemba, les Tonga, les Ngoni, les Losi, les Lunda, les Kaondé, les Luvalé, pour ne nommer que les plus importants parmi plus de 70 d’entre-elles. Parallèlement, je découvre avec étonnement de vastes centres d’achat avec des Subway, des restaurants Sushi ou encore Pizza Hut, comme au Québec!
J’ai aussi commencé mon travail de secrétariat avec la rédaction de quelques rapports. Je prends ainsi connaissance des dossiers et je me familiarise avec les visages et les noms des confrères. Déjà, j’ai découvert l’emplacement de quelques ambassades. En effet, j’aurai souvent à m’y rendre pour des questions de visa à obtenir pour les confrères de passage et pour des permis octroyés par le service d’immigration de la Zambie.
Un peu à la manière des joueurs de football zambien, je fais appel à la mémoire de mes ancêtres pour trouver la bonne énergie qui me permettra de marquer des buts, c’est-à-dire à gagner le pari de rafler la coupe des champions, je veux dire par là, de célébrer la Vie, là où je suis.
La prochaine fois, je vous parlerai de mon récent voyage à Ndola, au nord du pays, à la frontière du Congo.
Serge St-Arneault, M.Afr