Archives du mot-clé MONUSCO

Travaux communautaires, communément appelés « salongo » dans la chefferie de Walendu-Bindi en République Démocratique du Congo

Par Adirodu Roger, avec la collaboration de Kabaseke Gérmain à Bavi

La chefferie de Walendu-Bindi compte quatre axes principaux :

1) Au nord : axe Walendu-Bindi-Bunia-Kasenyi-Chomia. Celui-ci est utilisé par des véhicules pour le transport des marchandises et passagers.

2) À l’est : axe Walendu-Bindi-Buguma. Cet axe est un sentier de marche abrupte de mille mètres. Une journée entière est nécessaire pour atteindre les frontières de l’Ouganda.

3) Au sud : axe partiellement carrossable par camion reliant Walendu-Bindi-chefferie de Bahema-Mitego, Bahema-Boga, Banyali-Tchabi et celle du nord Kivu. Cet axe est utilisé pour acheminer le bétail, notamment les vaches, les moutons, chèvres et poules.

4) À l’ouest : axe routier Walendu-Bindi-Andisoma-Komanda qui permet les échanges des produits commerciaux vers les marchés du groupement Bavi.

Tous ces axes, plus ou moins en bon état, nécessitent un entretien constant pour permettre les échanges commerciaux en dehors de la zone enclavée des Walendu-Bindi.

Sauf l’axe de Buguma, des centaines de kilomètres de route comportent de nombreux ponts en mauvais état. Heureusement, la route reliant Bukiringi, Aveba, Gety, Kagaba, Olongba, et Songolo est entretenue par le gouvernement provincial, la MONUSCO, le FONER et l’Office des routes. D’un autre côté, l’impact des pluies sur les autres routes oblige la population à se mobiliser pour maintenir ces voies de communication. Cet exercice s’appelle « le salongo ».


Base de la Monusco, Mission des Nations Unis pour la stabilisation de la RDC implanté à Gety-Mission

Or, il s’avère que certains citoyens, au lieu de participer bénévolement à un « salongo », choisissent d’engager, moyennement compensation financière, quelqu’un d’autre pour travailler à leur place.

Selon le chef intérimaire Maguru, en exercice le 15 mars 2019, le « salongo » débute avec une gestion responsable des déchets domestiques autour de la parcelle de chaque citoyen avant de s’étendre aux axes routiers. Les plus récalcitrants n’en font qu’à leur tête et jettent leur détritus et eau usée chez leurs voisins avec d’énormes conséquences. Le non-respect des travaux communautaires a pour conséquence la propagation de maladies telles que le paludisme, le choléra ou la fièvre typhoïde. Cette attitude cause aussi de violents conflits entre familles.

Une sensibilisation sur les effets négatifs d’un manque de solidarité communautaire est maintenant nécessaire pour permettre un changement de mentalité là où le « salongo » n’existe que de nom. Selon le juge de Badjanga, maître Musaki, les récalcitrants sont transférés à la police de proximité de leur quartier. « Pour bien gérer les déchets, les travaux communautaires sont exercés deux fois la semaine et non une fois comme le souhaite l’arrêté du maire de la ville », fait-t-il savoir.

En 1990, le chef Akobi Tsomi Katorogo, aujourd’hui décédé, avait ordonné la distribution de jetons aux habitants pour indiquer leur participation dans l’exécution des travaux communautaires, cruciaux pour la vie des gens. La preuve a de nouveau été faite en 2020 avec l’arrivée d’un véhicule à la localité de Kelenzi, près de la montagne Maplungulu, accueilli avec acclamation par la population. Bien que cette tâche incombe au pouvoir public, cette joie est le fruit d’un dur labeur fait à mains d’homme avec une simple houe ou des pelles comme outils.

« Le salongo » a démonté que le courage et la solidarité des citoyens a permis de maintenir des voies de communication et aussi prévenir la famine, appelé agayii, grâce aux échanges entre patate douce d’un côté et le manioc lumbe d’un autre. Il est à espérer que cette expérience communautaire se maintienne chez les nouvelles générations malgré le dur labeur qu’il incombe.