En souvenir du 6 décembre

Partant de la trame sonore du documentaire Ce qu’il reste du 6 décembre, qu’elle a composée, Viviane Audet a construit un « récit pianistique » sans paroles. Son évocation de la tragédie de Polytechnique est tout en pudeur et en délicatesse.

Publié le 27 novembre 2020 

ALEXANDRE VIGNEAULT, LA PRESSE

Elle n’avait pas 10 ans quand 14 femmes sont tombées à l’École polytechnique de Montréal, mais Viviane Audet s’en souvient très bien. Elle se rappelle notamment que sa gardienne connaissait une fille qui était sur place et qu’elle lui a parlé au téléphone au lendemain de la tuerie. « Ça marque, dit la musicienne. Chaque 6 décembre, j’y pense depuis que je suis petite. »

L’année dernière, alors qu’on soulignait les 30 ans de la tragédie, Viviane Audet signait la musique du documentaire Ce qu’il reste du 6 décembre, de Judith Plamondon. Son piano délicat s’y pose comme un baume sur les images et les souvenirs terribles de femmes et d’hommes touchés directement ou indirectement par l’attentat.

L’idée de miser sur le piano vient de la réalisatrice, qui voulait quelque chose de « sobre ». La commande tombait à point. « Le piano, c’est vraiment mon instrument », dit Viviane Audet.

Je me suis aussi mise dernièrement à composer plus de musique instrumentale, plus classique. C’était déjà dans l’air, dans mon désir de pousser plus loin ma création au piano.

Viviane Audet

Un « récit pianistique »

Des mois après avoir enregistré ces musiques et après la diffusion du documentaire, la compositrice a senti qu’elle n’avait pas tout dit. « J’avais le feeling que ces musiques-là pouvaient vivre sans le film », dit-elle. Plus encore, elle avait la conviction qu’elle pouvait raconter une histoire avec les enregistrements qu’elle avait faits.

Musique

Alors elle s’y est replongée, a remis de l’ordre dans ses notes et concocté Les filles montagnes, qu’elle présente comme un « récit pianistique » autour de la tragédie de Polytechnique. Un récit sans paroles où seuls les titres – sobres, eux aussi – servent d’ancrages narratifs : Les ballerines, Le piège, Le chandail rouge

Cette pudeur s’entend tout au long des 11 morceaux. Jamais Viviane Audet ne renforce le drame. « Je ne pouvais me permettre de faire trop de sparages, parce que cette tragédie est déjà inimaginable. J’avais envie de rester dans l’évocation, dans le désir de garder ces filles-là vivantes à travers ma musique », raconte-t-elle.

Les « filles montagnes », c’est bien sûr les 14 femmes assassinées auxquelles elle a voulu rendre hommage. « Elles étaient jeunes, elles étaient belles. Avec le documentaire, j’ai eu l’impression d’aller à leur rencontre », raconte la compositrice. Elle a aussi compris que la blessure était encore vive, même si le temps a passé.

Un projet légitime

Ne désirant pas s’approprier la tragédie et inquiète de la légitimité de son projet, elle a pris contact avec le Comité mémoire du 6 décembre. Qui l’a encouragée à poursuivre, dit-elle, et même à publier son disque peu avant la date symbolique, ce qu’elle n’aurait jamais osé faire sinon.

Viviane Audet croit que ce projet instrumental ouvre une nouvelle porte dans sa vie de compositrice. « C’est la première fois que je sors un truc qui est juste moi au piano. Pour moi, c’est le début de quelque chose », songe-t-elle.

Mais avant de se consacrer à son prochain disque, elle présente, le 3 décembre, un concert virtuel où elle interprétera les morceaux de son album Les filles montagnes. Les revenus de billetterie seront remis à la Semaine de la rose blanche, qui vise à amasser des fonds pour intéresser les filles aux sciences.

Les filles montagnes, de Viviane Audet, en vente dès le 27 novembre, concert lancement virtuel le 3 décembre.

2 réflexions sur « En souvenir du 6 décembre »

  1. C’est toujours très intéressant tout ce que tu m’envoies. Il se fait du beau travail même si ça prend du temps. Merci. Beau Noël. Jesus sera sûrement bien au chaud dans ton coeur. Bisous et bénédictions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s