Lusaka, 11 avril 2012

La semaine a commencé par le dimanche des Rameaux avec une célébration œcuménique organisée par un comité composé de huit différentes Églises chrétiennes du secteur de Kabwata. La communauté chrétienne anglicane nous invitait dans l’enceinte d’un immense hangar juxtaposé à leur église. Une fois par semaine, ce hangar accueille les marchands de légumes et autres petits commerçants du quartier, un peu à l’exemple des marchés aux puces.

Lette_Zambie_05_A  À tour de rôle, les différentes Églises animèrent une prière, un chant ou un témoignage. Le prédicateur, capitaine M. Hamanenga de l’Armée du Salut, a développé avec finesse le thème de l’expectation en prenant pour exemple le championnat de football de la coupe d’Afrique récemment remporté par la Zambie. Personne n’y croyait. Mais, au fur et à mesure que l’équipe progressait dans le tournoi, l’exaltation s’amplifiait. Lette_Zambie_05_B

— Qui sait? Peut-être que notre équipe gagnera! Qui sait?

Il a fallu attendre le dernier tir de barrage au but, le sixième si je me rappelle bien, pour que le pays tout entier se soulève avec délire et fierté. Un inimaginable rêve venait de se réaliser.

L’entrée triomphante de Jésus à Jérusalem avait quelque chose de cette exaltation. Le peuple, opprimé par l’armée d’occupation romaine, attendait avec ardeur le libérateur d’Israël.

— Qui sait? Peut-être que ce Jésus est le Messie qui chassera l’envahisseur étranger? Qui sait?

Le peuple espérait un roi politique, à la grandeur du roi David. Or, ce fut une profonde déception. Jésus parlait d’un royaume spirituel. Ce fut un désastre complet, une incompréhension totale qui a changé l’enthousiasme en une farouche haine : À mort! À mort! Crucifie-le! Comment se fait-il que l’enthou-siasme du peuple se soit transformé si rapidement en cris de mort?

— Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants!

La réponse est simple et se résume en un seul mot : déception.

Judas n’a pas mieux fait. Jésus ne correspondait pas à l’image du puissant Messie qu’il espérait découvrir en lui. Trois années d’amitié réelle entre Jésus et Judas n’ont pas réussi à briser cette incompréhension. Judas a trahi Jésus parce qu’il était profondément déçu.

Et je pense à mes propres déceptions. Nous en avons tous. Elles sont liées à des échecs relationnels, à d’imprévus revirements de situation ainsi qu’à des rejets, des injustices et peut-être aussi de fausses accusations et calomnies. Cela s’est déjà transformé chez moi en colère. N’avez-vous pas vécu quelque chose de semblable? Une amère déception peut facilement mener au désir de vengeance, peut-être aussi au découragement suicidaire. Elle devient alors une douleur si profonde qu’elle se transforme en gestes destructeurs.

C’est seulement aujourd’hui que je commence à comprendre la grandeur de l’abnégation de Jésus qui a répondu par le pardon aux cris de haine proférés contre lui.

— Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font.

Il a fallu que Jésus verse son sang pour que le cercle du désir de vengeance engendré par nos blessantes déceptions soit rompu. En y regardant de près, Jésus a eu toutes les raisons d’être déçu de ses disciples et du peuple qui l’a acclamé. Mais, contrairement à nous qui accusons les autres d’être responsables de nos malheurs, Jésus a pris sur lui les douleurs de toute l’humanité endeuillée par la peur et par la mort. Transpercé par les clous et la lance, son corps est devenu l’ouverture par laquelle Jésus actualise son royaume spirituel. Sa souffrance était nécessaire pour nous conduire vers la liberté des enfants de Dieu, pardonnés et aimés. C’est à n’y rien comprendre.

Il n’est donc pas si étrange de constater que beaucoup de nos blessantes déceptions par rapport à l’Église institutionnelle paralysent notre foi. Il y a encore trop de colère masquée par une collective indifférence.

— Qui sait? Peut-être qu’un jour nous comprendrons le message de Jésus! Qui sait?

Pourvu que cette attente ne nous déçoive pas! Mon espérance demeure grande en dépit de toute réalité contraire. C’est en acceptant mes propres blessures dans l’Esprit de Jésus que je progresse vers ma guérison spirituelle, voire même physique. Cela n’est pas sans peine. Souvenons-nous qu’une pierre celait le tombeau de Jésus. Cette pierre symbolise la pesanteur de nos blessantes déceptions. Jésus l’a repoussée par son chant de victoire sur la mort.

Amen! Alléluia! Le Christ est ressuscité.