Archives du mot-clé Amherst

Changement de noms topographiques

Par Serge St-Arneault, M.Afr, 14 juillet 2021

Pendant 25 ans, la République Démocratique du Congo (DRC) est devenue le Zaïre sous la gouvernance du régime totalitaire du Mouvement Populaire de la Révolution (MPR) fondé par le Président Mobutu. Le pays a repris le nom de République Démocratique du Congo après la chute de ce dernier en 1997.

L’une des principales caractéristiques à l’époque du Zaïre fut l’idéologie de l’authenticité qui aboutira à la zaïrianisation des entreprises étrangères qui s’est avérée être un désastre économique. Pourtant, le principe initiateur de cette idéologie basé sur la primauté de la dignité des peuples était bien fondé.

Déjà en 1968, la capitale Léopoldville était devenue Kinshasa, Stanleyville s’appelait Kisangani, Costermansville se nommait Bukavu, etc. Cette affirmation identitaire authentiquement africaine a généré un immense enthousiasme et un élan de fierté résolument nécessaire après des décennies d’humiliation coloniale belge et le chaos social qui a caractérisé les premières années de l’indépendance du pays.

Puis, sous la mouvance d’une plus grande authenticité, les noms chrétiens ont été bannis. Le Président Joseph-Désiré Mobutu a donné l’exemple en devenant Mobutu Sese Seko Kuku Ngendu wa Za Banga. La population a suivi en reprenant des noms ancestraux propres à chaque tribu.

Un problème s’est alors posé. Les amis ou voisins ne connaissaient pas les nouveaux noms adoptés par tout un chacun. C’est alors que les Pierre, Jean, Jacques et Marie sont devenus des ex-Pierre, ex-Jean, ex-Jacques et ex-Marie. Le résultat n’a pas toujours été celui recherché. En effet, les lettres « L » et « R » en langue bantu sont facilement interchangeables. Il est généralement difficile de distinguer ces deux consonnes. Je vous laisse le soin de prononcer le nom d’ex-Clément avec la sonorisation d’un « R » plutôt que d’un « L ».

Or, le retour à l’authenticité a connu un renversement spectaculaire. Ainsi, les Lacs Idi Amin et Mobutu, situés à la frontière de l’Ouganda et du Zaïre, sont redevenus le Lac Victoria et le Lac Édouard, noms donnés par les colonialistes, après l’écroulement de ces régimes dictatoriaux. La monnaie, le fleuve et le pays qui portaient tous le nom de Zaïre sont redevenus le franc congolais, le fleuve Congo et la DRC. Il en est de même du drapeau et de l’hymne national. Même la cravate a détrôné l’abacost (abat costume); emblème vestimentaire par excellence du Mobutisme.

Cela étant dit, l’initiative initiale d’un retour à l’authenticité par un changement topographique était non seulement louable, mais avant tout inspirante, mobilisatrice et propice à une réappropriation identitaire socialement génératrice de fierté nationale retrouvée.

EXEMPLES AU CANADA

Assisterons-nous à une forme d’autochtonisation de nos lieux historiques et topographiques? Le fleuve St-Jean au Nouveau-Brunswick deviendra-t-il le fleuve Wolastoq? Montréal deviendra-t-il Tiohtià:ke? Allons-nous effacer dans l’indifférence les noms de Saints chrétiens qui ornent les rues à l’exemple des récentes églises catholiques incendiées?

Rappelons-nous simplement que nous avons conservé beaucoup de noms issus des Premières Nations. Pour n’en nommer que quelques-uns de la région de la Mauricie, ces noms sont intégrés dans nos gènes identitaires tels que Shawinigan, Matawin, Wayagamac et Mékinac et j’en passe.

UNE TENDANCE

La rue Amherst à Montréal est récemment devenue la rue Atateken. Ce n’est pas anodin. Les recherches historiques nous révèlent que l’officier Jeffrey Amherst de l’armée britannique et administrateur colonial, anobli par le roi George III, s’opposait farouchement, parfois avec mépris, à tout ce qui était contraire à son identité coloniale et sa religion.

Derrière ce changement de nom, il y a une volonté sincère de reconnaître les torts causés. Il peut s’agir d’un général anglais tout aussi bien que nos propres ancêtres ou nos Églises. À certains égards, nous assistons à une forme de confession publique, certes humiliante, mais, espérons-le, réconciliatrice.

Cette réconciliation est due depuis trop longtemps. Les conditions semblent maintenant être rassemblées pour y arriver sans pour autant aggraver un sentiment d’excessive culpabilisation. De fait, nous bénéficierions de reconnaître notre patrimoine autochtone commun. En effet, nous avons tous un ou des ancêtres autochtones qui sommeillent dans nos lignées généalogiques. Lorsque possible, une reconfiguration topographique de nos lieux communs avec des noms issus des Premières Nations nous aiderait à cheminer vers une guérison mutuelle. Notre histoire est commune au-delà de sa diversité. Ce fait, cette diversité est notre richesse … à découvrir.