Le journal de Montréal logo

Un survivant de l’attentat de la mosquée de Québec brise le silence en pèlerinage à Ottawa pour implorer Justin Trudeau de respecter sa promesse de resserrer le contrôle des armes à feu.

Polysesouvient 30 nov. 2017 B

Des victimes et leurs proches sont venus rappeler aux libéraux leurs engagements. De gauche à droite, Serge St-Arneault, frère d’une victime de Polytechnique, Nizar Ghali, survivant de la tuerie à la Grande Mosquée de Québec, Louise Hevey, mère d’Anastasia de Sousa, tuée au Collège Dawson, Michel LeRoux, père d’un policier tué, Meaghan Hennigan, survivante de Dawson, Neji Gadab et Boufeldja Benabdallah, du Centre culturel islamique Québec et Heidi Rathjen, coordonnatrice de PolySeSouvient.

OTTAWA « J’ai vu la force destructrice de ces armes. J’ai vu mes frères tomber et mourir dans leur flaque de sang, a raconté Nizar Ghali, jeudi à Ottawa. C’est la responsabilité du gouvernement de protéger sa population. »

« Alors, M. Trudeau, aidez-nous s’il vous plaît à contrer ce phénomène de possession des armes à feu. Qu’attendez-vous pour agir, que vous faut-il de plus ? » a-t-il lâché.

Sortir de l’ombre

Le survivant de la tuerie de la mosquée de Québec a hésité à sortir de l’ombre. Le souvenir des événements survenus à la mosquée est encore pour lui difficile à porter. Il se sent maintenant prêt à embrasser la cause d’un meilleur contrôle des armes à feu et à demander des comptes aux libéraux.

Après plus de deux ans au pouvoir, le gouvernement Trudeau tarde à respecter son engagement de limiter l’accès aux armes d’assaut semblables à celles utilisées récemment pour commettre des massacres aux États-Unis.

Un groupe de militants en faveur d’un meilleur contrôle des armes à feu dont fait partie M. Ghali s’est déplacé en personne à Ottawa cette semaine dans l’espoir de faire bouger les choses. Mais ils sont sortis déçus de leur rencontre avec le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, qui assure de son côté qu’un projet de loi sera bientôt déposé.

« Nous sommes sortis de la rencontre sans garanties ni assurance ou plan de match », déplore Michel LeRoux, le père de Thierry LeRoux, un policier tué en service dans la communauté anishnaabe de Lac-Simon, en Abitibi.

Goodale avait pourtant laissé entendre par le passé qu’un projet de loi en ce sens serait déposé avant la fin de l’année. Il a toutefois admis jeudi que cet échéancier ne tenait plus. « Nous allons déposer une loi dans le présent mandat », a-t-il assuré.

Lobbys

Aussi présente dans la capitale fédérale, la porte-parole du mouvement PolySeSouvient, Heidi Rathjen, croit que les libéraux fédéraux agissent lentement parce qu’ils subissent de la pression du lobby des armes à feu.

Le ministre Goodale nie que la pression des lobbys ralentisse l’adoption d’une éventuelle loi pour encadrer les armes d’assaut.

Le 28e anniversaire de la tragédie à l’École Polytechnique, lors de laquelle 14 femmes ont perdu la vie, sera souligné le 6 décembre prochain.