Le film « Des Hommes et des Dieux » s’inscrit sans contredit aux antipodes des films à sensation. Pourtant, il obtient un succès remarquable. L’histoire dramatique de ces moines soulève une interrogation qui confond plusieurs d’entre nous.  Malgré les requêtes répétés de partir, les moines ont en effet décidé de rester malgré le danger qui les menaçait. S’agit-il d’un entêtement suicidaire?

Au jardin de Gethsémani, Jésus a lui aussi fait face à ce choix. Il aurait pu décider de remonter la colline, se rendre à Béthanie et, de là, s’enfuir avec ses disciples. Sachant ce qui allait bientôt lui arriver, submerger d’une angoisse indescriptible, s’agissait-il là aussi d’un entêtement suicidaire?

Au début de 1993, au Zaïre, mes confrères et moi, nous nous sommes retrouvés au cœur d’un conflit tribal alors que sévissait l’anarchie généralisée dans le pays. Les pillages avaient lieu partout et n’épargnaient pas non plus les maisons religieuses. Toutes les radios onde courte diffusaient des messages aux ressortissants étrangers leur demandant de fuir le pays sans tarder. D’ailleurs, un avion militaire français devait atterrir à Bunia dans les jours suivants. Que faire?

Les rumeurs ont vite fait de se répandre. Les paras-commandos allaient-ils venir « pacifier » la région en incendiant les villages? L’année précédente, d’autres militaires étaient intervenus suite à une dispute entre deux chefs de village. Un de ces militaires m’avait pointé en affirmant qu’il serait celui qui me tuerait si jamais il y avait de nouveaux incidents. Je sentis alors un boulet m’appesantir le ventre. Allait-il revenir?

des-hommes-et-des-dieux-de-xavier-beauvois-cannes-2010-4554339aqozmL’urgence nous a poussés à intervenir. Nous formions des convois pour sauver la vie des gens appartenant à la tribu ennemie et les acheminions en sécurité dans leur territoire situé à 60 km de distance. Au retour, nous prenions de là-bas des familles entières, elles aussi en danger, pour les ramener là d’où nous venions. Les routes sinueuses et rocailleuses nous obligeaient à conduire très lentement et offraient des embuscades idéales. Le soir venu, en prière dans l’église, je demandais au Seigneur si je serais là le lendemain pour le prier encore. Puis, j’allais me coucher sans jamais m’inquiéter.

Un autre jour, au volant de notre véhicule tout terrain, un lourd silence s’empara de nous tous. Une vingtaine de personnes, dont beaucoup d’enfants, m’accompagnaient. Au bout d’un moment, une conversation intérieure surgit et j’entendis :

— Serge, la situation est vraiment dangereuse! Ne prends plus de risque et laisse-moi faire. Je te prends et je te ramène chez toi au Canada à l’instant même.

Ma réponse fut immédiate.

— Non! Je ne partirai pas même si je dois mourir sur cette route. Je ne veux pas être ailleurs qu’ici.

J’avais la conviction intime que ma mission était d’être là. Le reste n’avait aucune importance. S’agissait-il d’un entêtement suicidaire?

Par la suite, puisque personne d’autre ne pouvait le faire, nous avons contribué à la mise en place de pourparlers de paix entre des deux tribus en conflit. Les victimes innocentes étaient nombreuses de part et d’autre, des villages entiers brûlés. Mais, jamais n’avons-nous, à ce moment-là du moins, songé à partir. L’histoire montrera quelques années plus tard, en 1996, que l’invasion des militaires ougandais obligera un départ précipité des missionnaires.

C’est par amour pour le peuple algérien que les moines de Tibhirine ont décidé de rester. Au nom de ce peuple, une femme transforme également le regard que les moines ont sur eux-mêmes en leur rappelant qu’ils sont la branche sur laquelle les villageois s’appuient dans la tourmente. Ces moines ne contemplaient nullement la gloire du martyre. Aujourd’hui, leur choix nous transforme à notre tour dans la mesure où nous accueillons le choix que Jésus a lui-même fait en donnant sa vie pour changer le monde.

Mon expérience au Zaïre me laisse croire que ce choix n’est pas suicidaire. Au contraire, l’horizon du suicidaire est sans vision. Cette personne n’est plus portée par un projet de vie dans la mesure où le choix se dérobe. La clef de compréhension du choix des moines, comme celle de Jésus, si situe dans une désappropriation de soi qui mène au projet ultime, celui de la liberté intérieure.

L’amour est un langage déraisonnable et incompréhensible pour qui n’est pas submergé par sa folie. La tragédie des moines de Tibhirine met en valeur non pas l’héroïsme humain, mais la certitude d’être là où Dieu veut. Est-ce rationnel? Certes non! C’est plutôt une certitude intérieure que tout retourne vers Celui qui est l’Amour et la Vie.

Serge St-Arneault, M.Afr